Milieux | La Totalité | Pays/paysages | La compagnie du paysage | L'environnement a une histoire
| Époques | | La chose publique | L'or d'Atalante | Les classiques | Détours | Recueil |
| L'esprit libre | Des villes | XIXe | Champ poétique | Revue Le Nouveau Recueil | Revue Recueil | Divers


ACCUEIL

Collection LA CHOSE PUBLIQUE

Jean-Luc CHAPPEY Ordres et désordres biographiques:
dictionnaires, listes de noms et réputation des lumières à Wikipédia

De la fin du XVIIe au début du XIXe siècle s’étend l’âge des dictionnaires marqué par le succès éditorial de genres particuliers et la formalisation d’une pensée classificatoire qui tend à prendre pour objets tous les éléments du réel. Les dictionnaires et les listes s’imposent dès lors comme de nouveaux supports de lecture du monde politique, social ou culturel, un phénomène auquel semble faire écho aujourd’hui le succès de Wikipédia. Or, sous des formes les plus diverses, la mise en liste des hommes, au même titre que celle des plantes ou des animaux, a constitué un événement majeur entre le XVIIIe et le XIXe siècle, soulevant des questions qui résonnent encore aujourd’hui. Des dictionnaires historiques aux nombreuses listes de noms qui envahissent l’espace public, il s’agit toujours d’opérations de qualification et de disqualification, de réputation ou de stigmatisation. La période révolutionnaire offre un laboratoire d’observation privilégié pour saisir les effets de ces listes qui servent autant à inclure les citoyens qu’à exclure les ennemis, en un monde où les repères traditionnels liés à la naissance et aux privilèges naturels ont volé en éclats. L’analyse des conditions de la prise de contrôle de ces listes, l’étude des modalités à partir desquelles se construit l’autorité sur l’écriture des notices biographiques, proposent ainsi des clés qui rendent possible l’étude des dynamiques politiques, sociales et intellectuelles qui se jouent dans et par le biais de véritables guerres de dictionnaires et batailles de noms.
Du Grand dictionnaire de Moréri où s’établit la réputation nobiliaire à la fin du XVIIe siècle à l’entreprise de remise en ordre menée par les rédacteurs de la Biographie universelle ancienne et moderne au début du XIXe siècle où se fonde l’ordre bourgeois , cet ouvrage se propose d’interroger les effets de ces productions, trop souvent canonisées, en les replaçant dans leur contexte de production  tout en mettant au jour les intérêts de leurs auteurs. Souvent méconnus, ces « faiseurs » de dictionnaires ou de listes constituent les objets centraux de cette analyse. Ces ouvrages  tentent en effet d’imposer un ordre biographique à partir duquel se fixent les positions, les statuts et les réputations. On comprend dès lors que créer du désordre en falsifiant, travestissant ou en jouant sur son nom, peut constituer, avec l’avènement de l’individu-citoyen, à l’heure de la genèse et de l’extension de la sphère publique, un moyen de défendre l’intégrité, de plus en plus menacée par l’émergence d’une véritable biocratie, de son propre récit biographique. À l’heure de Wikipédia, cette archéologie du Who’s Who de la société révolutionnée s’impose comme une réflexion politique et critique sur les systèmes de reconnaissance des individus en profondes mutations. 


Jean-Luc Chappey est maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire, il est actuellement rattaché à l’Institut d’histoire de la Révolution française (Ea 127) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
.

Un volume 14 x 21 de 400 pages
ISBN 978-2-87673-600-9, 2007, 27 euros

Voir le sommaire

Lire quelques articles critiques

Éditions Champ Vallon
F 01420 Seyssel
Tél. 04 50 56 15 51 Fax 04 50 56 15 64