Milieux | La Totalité | Pays/paysages | La compagnie du paysage | L'environnement a une histoire
| Époques | | La chose publique | L'or d'Atalante | Les classiques | Détours | Recueil |
| L'esprit libre | Des villes | XIXe | Champ poétique | Revue Le Nouveau Recueil | Revue Recueil | Divers


ACCUEIL

Collection DÉTOURS


(sur l'auteur)
Martine BOYER-WEINMANN La relation biographique:
enjeux contemporains
essai

Pour de multiples raisons, critiques et université ont longtemps dénigré, en France, le succès public de la biographie littéraire. Taxée d’arrière-garde et d’indigence intellectuelle, cette pratique a cependant, depuis près de vingt ans, retrouvé adeptes et défenseurs. Romanciers reconnus, nouveaux historiens et théoriciens de la fiction s’intéressent à ce matériau d’une infinie souplesse. Rares pourtant demeurent, dans notre pays, les réflexions globales spécifiquement consacrées à la biographie littéraire.
Quels sont ces aventuriers contemporains de la biographie? Quel type de relation complexe parviennent-ils à nouer aujourd’hui, à frais nouveaux, avec leur objet d’étude: une vie, une œuvre, un mythe d’écrivain?
Cet essai se propose de cerner la singularité du paysage français de la biographie littéraire depuis le tournant des années 1980. Pour éclairer et limiter l’inventaire méthodique et la diversité de ses traductions littéraires, l’auteur a choisi d’encadrer la généalogie et l’exposé du débat de fond par trois études de cas biographiques concrets.
Trois grandes voix littéraires du xxe siècle (Rimbaud, Colette, Malraux), chacune porteuse d’un mythe vivace, sont données à entendre dans la perspective critique et polémique de leurs biographes successifs. Autant de voix secondes, autant de sens possibles d’une vie à l’œuvre, avec parfois, à la clé, la naissance d’un nouvel écrivain sous le biographe.

un volume 14 x 22 de 488 pages,
ISBN 2.87673.424.9, 2005, 27euros

Lire le sommaire
Lire un extrait de la presse

Vieillir, dit-elle:
une anthropologie littéraire de l'âge
essai
À quel âge est-on vieille en 2013 ? Comment les femmes perçoivent-elles l’effet de seuil du processus ? Si Balzac périmait nos aïeules à 30 ans, la réalité vécue est pourtant moins tranchée : George Sand septuagénaire encourage son « vieux troubadour » déprimé de Flaubert, à patienter jusqu’à ce plus bel âge de la vie pour accéder au bonheur. Duras se dit vieille à 18 ans, Beauvoir s’étiole dans ses 20, avant de vivre l’itinéraire à rebours. Leurs cadettes sénescentes confient désormais à leurs journaux intimes l’émoi de leurs reverdies successives et se sentent maintenant assez gaillardes pour renouveler leur jouvence jusqu’au marathon final. Aux anthropologues, philosophes, gérontologues et autres psychologues, les femmes écrivains (Beauvoir, Cannone, Cixous, Detambel, Duras, Ernaux, Huston, O’Faolain, Rolin…) mêlent au XXIe siècle la leçon de leurs voix de papier. Leur lucidité désinhibée libère souvent un gai savoir de crise aux antipodes des idées reçues.
Ainsi vieillir n’est plus l’enfer des femmes prédit par La Rochefoucauld. Si le bal de têtes proustien n’épargne pas nos contemporaines, elles ont désormais pris la plume elles-mêmes pour écorner quelques stéréotypes avec une énergie, une drôlerie, qui le disputent parfois à la lucidité des renoncements. Vieillir est un art du temps, avec ses ruses, ses foucades et ses têtes à queue turbulents. C’est aussi une affaire de style existentiel et d’intelligence du rapport au monde, auquel l’écriture confère une griffe complice.
C’est bien à une anthropologie littéraire de l’âge au féminin que le lecteur est convié dans cet essai de gai savoir, depuis l’effroi de la première ride jusqu’aux surprises ultimes de la connaissance de soi.

un volume 14 x 22 de 224 pages,
ISBN 978.2.87673.642.9, 2013, 19euros

Éditions Champ Vallon
F 01420 Seyssel
Tél. 04 50 56 15 51 Fax 04 50 56 15 64