Milieux | La Totalité | Pays/paysages | La compagnie du paysage | L'environnement a une histoire
| Époques | | La chose publique | L'or d'Atalante | Les classiques | Détours | Recueil |
| L'esprit libre | Des villes | XIXe | Champ poétique | Revue Le Nouveau Recueil | Revue Recueil | Divers


ACCUEIL

Collection ÉPOQUES

Yann LIGNEREUX Lyon et le Roi
De la «Bonne ville» à l'absolutisme municipal
Préface de Denis Crouzet

Ce livre retrace le destin méconnu de la plus importante des «bonnes villes» du royaume. De la Ligue à l’échecde la Fronde, entre 1594 et 1654, l’histoire politique de la «nation France» est celle de la construction del’absolutisme royal, pleinement incarné par Louis XIV. Cette histoire est aussi celle d’une mutation des rapports noués entre la royauté et ses élites provinciales soumises désormais à une autorité nouvelle, assujetties à des exigences redoublées. La figure de la «ville classique» du siècle des Lumières esquisse alors ses principaux traits tandis que s’estompent ceux de la cité du Moyen Âge et de la Renaissance, fière de son indépendance, de ses privilèges et de ses «libertés».
Du sacre de Henri IV à celui de son petit-fils, Lyon illustre l’ampleur des mutations politiques et culturelles à l’œuvre au temps de la raison d’État. Pièce essentielle dans le jeu politique de la Ligue au point d’abriter deux de ses plus importants protagonistes, la cité doit reconnaître cependant l’autorité d’Henri IV et retisser avec lui les liens rompus de fidélité et d’amour qui justifiaient ses prérogatives et ses privilèges. L’histoire de la ville et de son consulat ne semble plus alors qu’interpréter une variation locale du triomphe de l’assujettissement des libertés urbaines sous le règne des deux premiers rois Bourbons et de leurs puissants ministres, Richelieu et Mazarin, comme en témoigne l’absence de révolte frondeuse à Lyon.
Toutefois cette lecture quelque peu univoque d’une «réduction à l’obéissance» où tout serait imposé par le sommet doit être corrigée, car dans les plis mêmes de l’absolutisme royal le consulat lyonnais a su construire un espace de liberté et conserver, paradoxalement, une forme d’indépendance nourrie par la culture d’ordre qui prétendait le soumettre. En imaginant autrement la politique, en aménageant leur relation avec le roi et ses représentants locaux, notamment le gouverneur, les prévôts des marchands et les échevins lyonnais affirmèrent leur indéfectible fidélité à la Couronne comme l’irréductible autonomie de leur pouvoir; en ce «siècle des saints», ils inventèrent un imaginaire capable de transformer leur ville en cité providentielle, au nom d’une transcendance supérieure à celle du souverain lui-même.
Centré sur l’imaginaire politique des élites lyonnaises, leur action et leurs songes, ce livre offre une compréhension renouvelée des mécanismes de l’Etat royal. Il met en évidence la construction d’un «absolutismemunicipal» inattendu et singulier.

Yann Lignereux, né en 1971, est agrégé d’histoire et docteur de l’Université ParisIV-Sorbonne.

un volume 15,5 x 24, 652 pages,
ISBN 2.87673.371.4, 1996, 39 euros

Voir le sommaire

Éditions Champ Vallon
F 01420 Seyssel
Tél. 04 50 56 15 51 Fax 04 50 56 15 64