Milieux | La Totalité | Pays/paysages | La compagnie du paysage | L'environnement a une histoire
| Époques | | La chose publique | L'or d'Atalante | Les classiques | Détours | Recueil |
| L'esprit libre | Des villes | XIXe | Champ poétique | Revue Le Nouveau Recueil | Revue Recueil | Divers


ACCUEIL

Collection RECUEIL

Ludovic DEGROOTE 69 vies de mon père
récit

«Je suis né le 2 avril 1920 à Hazebrouck, au 41 de la rue du Rivage, et mort à La Madeleine le 9 juin 1989, 143 avenue de la République. Né chez moi, mort chez moi. Entre ces deux dates, ma vie. Je crois qu’en mourant j’ai laissé quelque chose qui ne m’appartenait plus. Quelque chose que je n’ai jamais dit ni même raconté ni même cherché à exprimer, mais qui a constamment été là, fait de fragments, de bribes, de bouts, auxquels les limites déterminées par mes dates de naissance et de décès donnent, sinon un sens, du moins une espèce d’unité.»

un volume 13 x 21 de 160 pages
ISBN 978-2-87673-451-7, 2006, 14 euros

Lire un extrait
Lire un commentaire de remue.net

Un petit viol
/ Un autre petit viol
C’est le récit haché d’un épisode de l’adolescence qui ne pouvait se dire que dans une langue hachée : deux versions tête-bêche (Un petit viol / un autre petit viol) tâchent de raconter un événement dont les suites ne sont pas épuisées, qui font comme deux récits au milieu desquels l’enfermement ne sort pas de lui-même ça aurait pu être un conte de fées, si les fées mâles existaient pour les adolescents, et si on pouvait se grandir de ce qu’on a vécu deux récits (l’un chronologique, l’autre alphabétique) dont les mots sont identiques et le sens différent en somme c’est quelque chose de bêtement humain il s’agit donc d’un adulte dont on ne sait s’il est coupable et d’un adolescent dont on ne sait s’il est victime or comme il n’y a pas de fées mâles, restent les questions, les failles et les débris près de trente-cinq ans plus tard, la forme s’est trouvé un espace pour tenter de faire tenir ensemble ces ruptures par lesquelles une vie semble continue dès lors qu’on s’y enfouit et qu’on s’y tait

un volume 13 x 21 de 192 pages
ISBN 978.2.87673.500.2, 2008, 14 euros

Lire un extrait
Lire des articles de presse

Monologue

A partir d’une tragédie intime (une jeune fille meurt dans un accident de voiture sur les routes de l’Angleterre), quatre voix prennent la parole pour entreprendre de raconter, et pour dire à leur manière la douleur : la morte elle-même (monologue de Godeleine), son père (monologue du père), sa mère (monologue de la mère) et son petit frère (monologue de ludo) qui plus jamais ne sortira de ses sept ans…

un volume 13 x 21 de 96 pages
ISBN 978.2.87673.630.6, 2012, 11,50 euros

Lire un extrait
Lire des articles de presse

Éditions Champ Vallon
F 01420 Seyssel
Tél. 04 50 56 15 51 Fax 04 50 56 15 64