JEAN-PAUL GOUX La fabrique du continu

Essai sur la prose

« Les trois critères essentiels par lesquels Valéry définissait la spécificité du poétique : la fabrique de la liaison, la fabrique de l’énergie et du mouvement, et la fabrique de la voix, me paraissent tout aussi bien au cœur des exigences littéraires de certaines proses romanesques. Telle est la première strate de ce livre : une réflexion sur la fabrique du roman, à laquelle se superpose une réflexion plus proprement esthétique, où sont posées ces valeurs d’écriture que voudrait saisir l’expression de continu. Le « continu » n’est pas un concept, mais une image privilégiée par laquelle, en la faisant jouer de toutes les manières, je me suis attaché à cerner des valeurs esthétiques dans la prose romanesque: par là, ce livre prend sa place dans le débat contemporain sur le genre romanesque. S’il ne polémique pas, il dessine un territoire d’affinités, au milieu duquel j’écris. En termes esthétiques, le roman est ainsi conçu comme un « art du temps », qui cherche « des réponses aux questions et aux angoisses de l’homme devant la temporalité » et qui pose comme une valeur essentielle la dimension de la continuité temporelle dans l’œuvre. En termes de réflexion sur lafabrique romanesque, le roman est considéré dans son œuvre contre le temps, son œuvre avec le temps et son œuvre dans le temps : c’est selon ces trois aspects que sont envisagés la liaison, l’énergie, le rythme, la syntaxe et la voix dans la prose romanesque.»

Lire le sommaire

AVANT-PROPOS 7
LA LIAISON 15

I. La continuité 17
Une question d’esthétique 17
II. La composition 25
La mise en ordre: philosophie de la composition 25
Le tout et la partie 29
III. L’enchaînement et la cohésion 36
Enchaînement narratif et enchaînement romanesque 36
Travail de la mémoire 43
IV. La transition et l’épaisseur 50
La transition comme souci 50
Modalités du passage 53
La toile et l’épaisseur 64
V. La phrase et la syntaxe 67
Le souci de la phrase 67
L’objet du désir 72
L’ÉNERGIE ET LE MOUVEMENT 77

I. La centrale 79
La pulsion 79
Image, rêverie, mémoire 83
II. Le rythme 90
Élan-posé 90
La perception dans le rythme 96
III. L’emportement 105
L’allant: orientation, traction 105
L’allant: la description 120
L’allant: la syntaxe 127
Le transport 133

LA VOIX 143

I. «La peau de la voix» 145
Pour s’éclaircir la voix 145
«Certaines propriétés propres à faire de certains effets» 150
II. La voix de la prose 159
L’écrivain à l’écoute 160
«L’absente de toutes bouches de chair» 167
Le lecteur à l’écoute 184

Conclusion 189

Biographie

Jean-Paul Goux est né en 1948. Il enseigne à l'Université de Tours. Son dernier livre , La Maison forte, clos la trilogie «Les champs de fouille» et est paru chez Actes Sud en 1999.
Ouvrage de Jean-Paul Goux

La jeune fille en bleu, récit, Champ Vallon, 1996.

Les champs de fouilles:
1. Les jardins de Morgante, roman, Payot, 1989; rééd. Actes Sud, coll. «Babel», 1999.
2. La commémoration, roman, Actes Sud, 1995.
3. La maison forte, roman, Actes Sud, 1999.

Mémoires de l’Enclave, récits d’industrie, Mazarine, 1986.
Lamentations des ténèbres, roman, Flammarion, 1984.
La fable des jours, roman, Flammarion, 1980.
Le triomphe du temps, roman, Flammarion, 1978.
Le montreur d’ombres, roman, Ipomée, 1977.
Les leçons d’Argol, essai, Temps actuels, 1982.
«Le temps de commencer», in Genèses du roman contemporain, C.N.R.S. Éditions, 1993.

Fabrique du continu (La) – Jean-Paul Goux 1999
Paru le 15 octobre 1999
13 x 21 cm, 192 pages
ISBN 2.87673.297.1
15 €