JEAN-PIERRE GAUDIN L’avenir en plan

technique et politique dans la prévision urbaine (1900-1930)

Revenir sur l’introduction en France, dans les années 20, des premiers plans d’urbanisme permet d’utiles mises en perspectives. Se mesurent en particulier toute l’ampleur de la question foncière (développement inéluctable de l’expropriation, ajustements négociés entre intérêts fonciers et promotion étatique du logement populaire) et l’importance des enjeux d’une réflexion plus large sur les coûts collectifs de l’aménagement urbain. À travers la démarche de plan, ce sont aussi les rapports contemporains entre efficacité technique et légitimité politique qui sont ici mis en lumière.

Voir le sommaire

GAUDIN     L’avenir en plan:
technique et politique dans la prévision urbaine
(1900-1930)

Le sommaire

I
AUX ORIGINES DE L’URBANISME DE PLAN

LA MÉMOIRE PERDUE
PLANIFICATION SPATIALE ET URBANISME MODERNE

Il
QUESTIONS DE BANLIEUE

I. LE PLAN, MANIFESTE MODERNE

La critique de la démarche d’embellissement
Voies privées, lotissements, impasses – Le déclassement
des fortifications et des espaces libres – L’aménagement
par quartiers : les grandes espérances.
Epouser la ville
L’analyse de l’agglomération : flux, continuités,
complémentarités – Les ambitions du « Civic Survey »
et leur application en France.
De l’esprit de prévoyance aux méthodes de prévision
Le système des équipements – Les prévisions
quantitatives – Comment planifier les usages du sol ?

II. LA CONSÉCRATION POLITIOUE DE LA PLANIFICATION URBAINE

L’esquisse d’un interventionnisme public
Hygiène, logement, services publics urbains – Des régies
communales au « socialisme municipal ».
Réformisme social et reclassements professionnels
Les concurrences entre architectes, ingénieurs et
hygiénistes – Le rôle fédérateur des réformateurs sociaux.
La bataille législative
L’émergence sur la scène parlementaire – La réforme de
l’expropriation et le soutien de la gauche – La question des
libertés communales et la critique de droite.

III
TECHNIQUE ET POLITIQUE DANS LA PLANIFICATION URBAINE

I. LA RENTE FONCIÈRE ET LE FINANCEMENT DE L’URBANISATION

L’obstacle des coûts financiers
L’exemple de l’étranger – Les analyses des urbanistes français.
L’aménagement peut-il « payer » l’aménagement ?
Le coût de l’aménagement et la récupération des plus-values –
La fiscalité foncière et la circulation des richesses.
Des réformes sans réformistes
La paralysie de l’expropriation pour aménagement –
La marginalisation des servitudes de construction.

II. LES LIBERTÉS COMMUNALES

La commune, bastion territorial
La continuité institutionnelle – Les logiques budgétaires.
Comment gérer Métropolis ?
L’échelle de l’agglomération dans la loi Cornudet – De l’extension de
Paris aux projets régionaux d’aménagement.
Le regard tutélaire des experts.
Conseil et contrôle : l’homme de l’art – Les services communaux
et les premiers bureaux d’études en urbanisme.

IV
LA GESTION LOCALE EN PERSPECTIVE

SAVOIR-FAIRE
L’économie mixte
La professionnalisation des élus
FAIRE SAVOIR
L’idéal de prévision
La cité moderne

ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE
INDEX

Avenir en plan (L') (Jean-Pierre Gaudin – 1985)
Paru en 1985
15,8 x 21 cm, 216 pages
ISBN 2.903528.48.9
15 €