JÉRÔME DARGENT Le corps obèse

Obésité, science et culture

Être obèse, être une personne obèse, souffrir de la maladie qu’est l’obésité : trois faces d’un même problème que les médecins explorent de manière conjointe avec les acteurs du monde culturel (écrivains, peintres…). Le résultat de ces explorations tend à enfermer l’obèse dans l’espace clos des représentations, lui déniant du même coup le statut d’un monde autonome et agissant.
Les différentes lectures de l’obèse passées en revue par l’auteur, depuis l’outil qui sert les romanciers jusqu’à l’encartage propre aux différentes catégories de la médecine (médecine des essences et médecine anatomoclinique, décrites par Michel Foucault), sont enchevêtrées, et toutes placées sous l’auvent du relativisme. Et prétendre guérir l’obèse, c’est aussi et même d’abord le représenter, fût-ce en le plaçant sur une table d’opération, ou plus banalement en prétendant le mesurer (tout en le disant « incommensurable »). Décrire l’obèse, c’est de toute part l’assigner, le sommer, exercer sur lui l’emprise du corps social. À cet égard, la technoscience n’est pas en reste, qui pourtant revitalise le lien délité que crée l’observation prétendument objectivante.
Restaurer la dimension d’être-souffrant (d’être-vivant tout simplement) de l’obèse, c’est faire le détour par sa temporalité. Le corps de l’obèse (corps du pauvre, corps du monstre…) est un corps que l’on récite, que l’on met en intrigues, que l’on anticipe et qui se décline lui-même, alors qu’il n’est en fait que « l’ensemble des possibilités que nous avons sur le monde ».
Convertir le regard, et faire que ce corps puisse se déprendre de cette mainmise, tel est l’objectif de ce livre.

Une étude originale et très stimulante sur la perception, la représentation et la compréhension de l’obésité, moins une maladie qu’une situation dont l’interprétation mobilise la pratique médicale mais aussi l’art, la psychiatrie, la sociologie et la philosophie.

Jérôme Dargent est né en 1959 en Haute-Savoie. Il est chirurgien à la Polyclinique de Rillieux-la-Pape.

Voir le sommaire

Le corps obèse : obésité, science et culture

Le sommaire

Introduction

Chapitre 1
Représenter l’obésité
configurations culturelles et sociales

Propos liminaires: étymologie
des mots pour dire l’obèse

La représentation culturelle de l’obÈse
1. Le corps scripturaire, le corps pense-bête
2. L’obèse-outil
3. Le corps représenté
4. L’obésité est un rythme
5. Le comportement représenté
6. La maladie représentée

L’obèse sociétal, une sommation
1. Un exemple d’injonction sociale,
le programme Shape up America !
2. Obésité et bas revenus : une corrélation insatisfaisante
3. L’obésité comme une forme de refus
4. L’obèse victime d’une oppression:
faire maigrir et laisser grossir
5. L’obèse dans la marginalité:
cohérences et limites d’un modèle social
6. L’obésité et le processus de socialisation des corps
7. L’obèse et le monstre
8. De la lutte contre l’obésité : les empires du snack et du tabac
dans un même bateau ?

Chapitre 1
Traiter l’obésité
Le regard médical et son bras armé: la technoscience

Comprendre l’obésité
1. Un comportement: «l’agir-gros»
2. Une maladie
3. Ne plus grossir, et même maigrir

La mesure de l’obésité
1. Pratique des mesures, pratique du risque
2. La critique des chiffres

Une technique opératoire:
la transmutation de l’obèse par la chirurgie
1. Rappel du cadre thérapeutique:
prise en charge chirurgicale de l’obésité morbide
2. Les modalités chirurgicale, historique, et rappels techniques
3. Une géographie hasardeuse
4. Des combats et des combattants
5. Du corps prothétisé

La technoscience
1. La technoscience définit des états intermédiaires
2. La technoscience est fondatrice
3. La technoscience rétablit l’ordre de la vie

Figures imposées et figures libres de la technoscience
1. L’obèse comportementalisé
2. L’obèse représenté
3. Médecine des essences contre médecine anatomo-clinique
4. De l’ultime avatar des la médecine des essences
– la médecine factuelle – et de ses conséquences
dans le traitement de l’obésité
5. Conséquences : l’action thérapeutique et l’instrumentalisation

L’intersection: représentations et regard médical
1. Obésité et psychiatrie
2. Des parasites sur la balance:
les conséquences de la mesure de l’obésité
3. Le corps propre et le corps extérieur:
Les préjugés des soignants
4. La grande peur de l’obésité infantile
5. L’obésité, carrefour des paradoxes

Chapitre 3
Philosopher sur l’obésité
Essai de reconstruction: l’obÈse et la temporalité

Un sujet ou un corps. Un sujet ou un corps représenté
1. Un sujet devenu corps
2. Un sujet dont le corps est devenu obèse
3. Un corps sous le regard des autres
4. Du corps d’autrui au corps comme phénomène culturel
5. La représentation pour autrui et pour moi-même

Pour une autre approche : temporalité et obésité
1. L’obèse vers le mince
2. Le temps géré
3. La médecine et son rapport au temps selon les catégories
4. De l’impossibilité de l’adieu au corps.
Pour une réhabilitation du premier monde

Conclusion
Index des termes médicaux
Bibliographie

Revue de presse

LE MONDE 9 septembre 2005

DU CORPS OBÈSE COMME OBJET PHILOSOPHIQUE

La question du corps, depuis le rejet platonicien jusqu’à Nietzsche proclamant l’urgence de « prendre le corps comme fil conducteur», occupe une place centrale dans la philosophie. C’est l’une des pierres de touche permettant d’étiqueter tel ou tel philosophe comme idéaliste, empiriste ou matérialiste. Cependant, le discours philosophique traite le plus souvent d’une généralité. Or, l’être humain est toujours incarné dans une forme particulière – le corps en général, y compris celui des matérialistes, n’étant qu’une abstraction idéaliste. L’obésité est l’une de ces formes à partir de laquelle Jérôme Dargent, médecin, à Lyon et philosophe, s’essaie à « philosopher ».
Peu à peu le monde développé se peuple d’obèses. L’obèse s’avère à la fois central – par le nombre, et par sa soumission à l’impératif consumériste – et marginal. Il est déchiré par une double injonction impossible à vivre : le devoir de consommer, de se comporter en osmose avec les impératifs publicitaires, et le devoir de santé – la santé passant progressivement de l’ordre du droit, « le droit à la santé », à celui du devoir, de l’obligation sociale. La traversée de la peinture et de la littérature en témoigne: depuis toujours, le corps de l’obèse est une sorte de miroir sans tain sur lequel se projettent des fantasmes et des représentations contradictoires.
Mais la situation contemporaine, qui articule propagation de l’obésité et devoir de bonne santé, dévoile le corps de l’obèse comme scripturaire: les injunctions paradoxales de la société s’écrivent sur sa chair.

Un humain en trajet
Obèse est un attribut qui engage, c’est-à-dire qui redisitribue la perception qu’un sujet a de lui-même et du monde. Cette situation est fille du temps; alors que tout moi se vit comme permanent, sur le mode de l’essence, tout moi affecté d’un corps obèse est devenu tel, par l’œuvre du temps. Jérôme Dargent insiste sur la temporalité: un obèse est un humain en trajet, pris dans la temporalité. La philosophie, chez l’auteur, verse toujours dnas la pratique, où elle trouve un echo pratique: le recours à l’unité narrative de Ricœur permet aussi bien de décrire la temproalité de l’être-obèse que d’envisager pour l’obèse la possibilité de sortir de sa situation
Il faut réinscrire l’obèse dans la temporalité – I’essentialisation n’entraînant pour lui que « la haine de son corps » La reconnaissance de l’identité comme trajet rend possible l’arrachement de l’obèse à son obésité-substance, en l’inscrivant dans son unité narrative.
Si l’extension de la notion lévinassienne de visage fait ressortir « l’étrangeté fondamentale » du corps obèse, ce sont pourtant les outils de la phénoménologie, puisés chez Husserl, Heldegger et Merleau-Ponty qui, par le biais du concept de temporalité, permettent la meilleure approche: de l’obésité. Témoignant dé la fécondité de l’articulation entre Médecine et philosophie, le livre de Jérôme Dargent remplit de determinations concrètes des concepts aussi vides que ceux de corps et de temps.
Robert REDEKER

Jérôme Dargent, Le corps obese, champ vallon
Paru le 22 février 2005
15,8 x 21 cm, 284 pages
ISBN 2.87673.412.5
24 €