ROBERT MARTEAU Rites et offrandes

« J’ai bien peur d’être aussi ennuyeux que n’importe

Qui avec tous ces faux sonnets que j’accumule
Pour qui ? pour quoi ? et qui me viennent sans que j’y
Songe, allant à mon pas sur le lopin de terre
Où je me trouve à tel ou tel moment. Qu’y faire ?
A vrai dire l’anxiété me prendrait si
Soudain le débit tombait à rien. Me rassure
Au contraire la coulée imprévue et même
Incohérente qui aura pu prendre source
Au gosier du geai ou de la corneille: cra !
Cra ! C’est ce que je croyais avoir entendu,
Et c’est un chapelet de mots inattendus
Que j’ai à recueillir, les ayant dans l’ouïe,
Sur une page du carnet que j’ai sur moi. »

Rites et offrandes, qui couvre les années 1996 à 1998, est la suite du journal en sonnets de Robert Marteau (après Fragments de la France, Liturgie, Louange, Registre). Dans cet almanach des menus événements de chaque jour, la voix du poète se mêle au chant des oiseaux pour nommer et montrer «ce qui, sans lui, resterait invisible et muet. Il invente la parole de ce monde et la met en forme. Sa tâche est humble et majestueuse, gratuite et nécessaire». P. Kéchichian, Le Monde.

Biographie

Robert Marteau est né le 8 février 1925 dans la forêt de Chizé, en Poitou. Il est mort à Paris le 15 mai 2011. Il a longtemps vécu au Canada, dont il a pris la nationalité. Il a reçu en 2003 le Prix de poésie Charles Vildrac de la Société des Gens de Lettres pour son recueil Rites et offrandes et il a été décoré en 2005 par le Grand Prix de Poésie de l'Académie Française.

Il est l'auteur d'une œuvre importante en prose et en poésie :
Royaumes, poésie, Paris, Seuil, 1962.
(réédition: Royaumes – Travaux sur la terre – Sibylles, Paris, «Orphée», La Différence, 1995)
Travaux sur la terre, poésie, Paris, Seuil, 1966.
Des chevaux parmi les arbres, roman, Paris, Seuil, 1968 ; Seyssel, Champ Vallon, 1992.
Sibylles, poésie, Paris, Galanis, 1971.
Les vitraux de Chagall, essai, Paris, Mazo, 1972 ; New York, Tudor, 1973.
Pentecôte, roman, Paris, Gallimard, 1973.
Atlante, poème, Montréal, L’Hexagone, 1976 ; Toronto, Exile, 1979.
Traité du blanc et des teintures, poème, Montréal, Erta, 1978 ; Toronto, Exile, 1980.
Salamander, anthologie poétique bilingue, Princeton, Princeton University Press, 1979.
Mont-Royal, journal, Paris, Gallimard, 1981.
Fleuve sans fin – Journal du Saint-Laurent, journal, Paris, Gallimard, 1986 (réédition, «La Petite Vermillon», Paris, La Table Ronde, 1994)
Sur le motif, journal, Seyssel, Champ Vallon, 1986.
Venise en miroir, Quimper, Calligrammes, 1987.
Vigie, Quimper, Calligrammes, 1987.
Voyage au verso, prose, Seyssel, Champ Vallon, 1989.
Ce que corneille crie, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 1989.
Comte de Villamediana, Poésies, traduction, Paris, «Orphée», La Différence, 1989.
Forestières, prose, Paris, Métailié, 1990.
Fragments de la France, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 1990.
Luis de Góngora, Première Solitude, traduction, Paris, «Orphée», La Différence, 1991.
Le jour qu’on a tué le cochon, roman, Seyssel, Champ Vallon, 1991.
Cortège pour le Corbeau, poésie, Quimper, Calligrammes, 1991.
Liturgie, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 1992.
Huit peintres, prose, Paris, La Table Ronde, 1994.
Etudes pour une muse, prose, Seyssel, Champ Vallon, 1995.
La récolte de la rosée, la tradition alchimique dans la littérature, essai, Paris, «L’Extrême contemporain», Belin, 1995.
Le message de Paul Cézanne, prose, Seyssel, Champ Vallon, 1996.
Le Louvre entrouvert, prose, Champ Vallon, 1997.
Registre, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 1999.
Rites et offrandes, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 2002.
Dans l'herbe, roman, Seyssel, Champ Vallon, 2006.
Geoffrey Chaucer, Le parlement volatil, traduction, Seyssel, Champ Vallon, 2008.
Le temps ordinaire, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 2009.
Ecritures, poésie, Seyssel, Champ Vallon, 2012.
Salve, poésie, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

Rites et offrandes – Robert Marteau 2002
Paru le 25 juin 2002
13 x 21 cm, 288 pages
ISBN 2.87673342.7
20 €