Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alban | LEVEAU-VALLIER

Depuis le début des années 2010, à mesure que les réseaux de neurones d’apprentissage profond (deep learning) défrayent la chronique (AlphaGo, voitures autonomes, ChatGPT…) et s’intègrent à un nombre croissant de domaines (traitement des images, du son, du langage…), une rumeur enfle : les algorithmes feraient preuve d’intuition, voire de créativité. Est-ce à dire, comme le prétendent leurs inventeurs, que le projet d’intelligence artificielle serait sur le point de percer les mystères de l’origine et du fonctionnement de la pensée, et ainsi de prouver que rien ne distingue les humains ni les vivants des machines ?

Ce livre s’appuie sur une description précise des réseaux de neurones d’apprentissage profond (leur histoire, leur fonctionnement et leurs usages) et s’arrête sur la manière dont ils simuleraient certaines de nos facultés (perception, induction, imagination) afin d’aborder de front les questions que soulèvent leurs inventeurs : Est-il possible de reproduire artificiellement la naissance de l’intelligence ? La créativité se laisse-t-elle mécaniser ? Que manque-t-il aux comparaisons avec les machines pour bien définir l’humain ?

Du côté des tenants de l’IA comme de leurs détracteurs, les réponses sont trop vite tenues pour acquises, alors qu’elles peuvent être l’occasion de renouveler notre regard sur certains problèmes fondamentaux de la philosophie, aussi bien classiques, comme l’opposition entre la « pensée aveugle » selon Leibniz et l’intuition selon Descartes, que contemporains, comme la tension entre les tenants de la subjectivité et les pensées de la structure sans sujet, ou encore la frontière entre humains et non-humains. Surtout, en soulevant l’origine des idées et de la pensée en général, elles nous incitent à revisiter le problème de l’émergence, ce que l’auteur fait en proposant l’hypothèse d’une contingence première que l’esprit partagerait avec le monde.

 

Alban Leveau-Vallier, né en 1986, est ancien élève de l’école Normale Supérieure de la rue d’Ulm, de HEC et docteur en philosophie. Il est chercheur associé au laboratoire LLCP de l’Université Paris 8 et chargé de cours à Sciences Po Paris.