Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Charles-François | MATHIS

Cette vaste synthèse étudie l’occupation urbaine depuis le XVIIe siècle par les plantes, parcs et jardins, mais aussi plantes « hors-sol » qui circulent dans l’espace urbain (fruits et légumes, fleurs coupées, déchets végétaux, etc.). Il s’agit de montrer que loin d’être un espace absolument artificialisé, non « naturel », la ville a constamment été imprégnée de végétaux, mais que cette présence a fluctué au fil des siècles. Sont interrogés les raisons, les acteurs et les défis de la végétalisation urbaine qui repose sur des motivations nombreuses, esthétiques, sanitaires, écologiques. De même, la végétalisation a sans cesse été soutenue par ceux que nous appelons les mains vertes, qui sont tout aussi bien des particuliers, des professionnels que les pouvoirs publics. Mais étendre ou maintenir la présence végétale en ville impose de relever de multiples défis (fonciers, financiers, esthétiques, biologiques…) qui ont pu varier au cours des siècles.

Ce livre propose aussi une réflexion neuve sur les usages qui ont été faits de la nature en ville, paradoxalement instrument d’urbanité, de sociabilité et donc d’affirmation sociale, mais aussi inversement jungle, ferment de discorde et d’ensauvagement, objet d’affrontements politiques. On peut également faire usage du végétal pour bien être et bien vivre, accompagner les plaisirs, exercer les corps ou cultiver les esprits. Plus prosaïquement, la ville est aussi, tout au long de ces quatre siècles, un lieu de production et de consommation important de végétal. Enfin, c’est aussi en ville qu’une science botaniste et un savoir sur les plantes se développent.

Ce tableau général, inédit, permet ainsi de voir la ville autrement et d’offrir des pistes de réflexion sur la nature en milieu urbain aujourd’hui.

Changement climatique, biodiversité, épuisement des ressources, pollution, et de nombreux autres problèmes environnementaux alimentent les médias quotidiennement. Ces problèmes, même s’ils se sont accentués récemment, ne sont pas nouveaux. Les tentatives pour remédier à ces difficultés ne datent pas d’hier non plus, en France comme dans le reste du monde. Pourtant, la France est souvent considérée comme étant un pays en retard en matière de protection de la nature et de l’environnement (de PNE), en particulier par rapport aux voisins allemands, britanniques et aux Américains.
Ce livre interroge cette spécificité française – ou son absence — en matière de PNE, en réunissant les contributions de 25 spécialistes parmi les meilleurs travaillant sur ces questions en France et de l’étranger, et qui, dispersés dans différentes disciplines, ont rarement l’occasion de travailler ensemble. Il montre que le soi-disant « retard » français doit être relativisé, et que bien des aspects de l’histoire de la PNE ne sont pas spécifiques à la France.

Textes de M. Barroca-Paccard, N. Baron-Yellès, F. Benhammou, J.-P. Bozonnet, M. Barroca-Paccard, H. Bourfouka, L. Chabason, V. Chansigaud, L. Charles, F. Charvolin, M. Dupuy, S. Farmer, S. Frioux, H. Jaffeux, B. Kalaora, N. Krautberger, R. Lajarge, J.-P. Raffin, M. Stoll…

Lire le sommaire

PRÉFACE
INTRODUCTION GÉNÉRALE
Charles-François Mathis et Jean-François Mouhot

Une Histoire environnementale du monde
à l’ère des énergies fossiles (1800-2012)
John R. Mc Neil

Première partie
LA FRANCE ET LE MONDE

I. La France et ses colonies

1. Préserver la nature de l’Algérie française
L’Alfa est-il un colon comme les autres?
Hakim Bourfouka et Nicolas Krautberger
2. Mettre en valeur, préserver ou conserver? Genèse et déclin
du préservationnisme dans l’empire colonial français (1870-1960)
Yannick Mahrane, Frédéric Thomas et Christophe Bonneui
3. Dynamiques et temporalités des modes de protection de la nature
et de l’environnement libanais: une approche à la française?
Justine Pasquiee

II. La France et l’Europe

4. L’influence de la France dans la protection de la nature en Italie
au début du XXe siècle
Luigi Piccioni
5. Les liaisons sinueuses: les relations franco-allemandes en matière
de protection de la nature dans la première moitié du XXe siècle
Anna-Katharina Wöbse
6. Un faux départ? Les acteurs français dans la politique
environnementale européenne des années 1970
Jan-Henrik Meyer
7. Les «pluies acides»: une controverse des années 1980
Laurent Schmit
8. Les ordures ménagères et l’apparition de la consommation
de masse – Une comparaison franco-allemande (1945-1975)
Heike Weber

Deuxième partie
ACTEURS ET MOYENS DE LA PNE

I. Les parcs, un instrument français?

9. La mise en réserve des étangs de Camargue, un laboratoire
de la relation de l’homme contemporain à l’environnement naturel
Alexandre Serres
10. L’invention des parcs nationaux français entre modernisation
et décolonisation: la quête d’une singularité (1950-1970)
Karine-Larissa Basset
11. Essai sur la genèse idéologique et institutionnelle
des parcs naturels régionaux français
Nacima Baron-Yellès et Romain Lajarge

II. Les acteurs de la pne

12. Le dépeuplement des cours d’eaux: un marqueur de l’émergence
de la protection de la nature dans la Société d’acclimatation
et en France (milieu XIXe-milieu XXe siècles)
Rémi Luglia
13. L’origine de la protection des oiseaux en France
Valérie Chansigaud
14. Cohabiter avec l’ours, le lynx et le loup: le rôle historique
et stratégique des associations de protection de la nature en France
Farid Benhammou et Jean-Pierre Raffin
15. Les batailles de l’eau et de l’air purs -Transferts internationaux
et politiques d’amélioration de l’environnement urbain
en France des années 1900 aux années 1960
Stéphane Frioux

Troisième partie
PENSÉES ET REPRÉSENTATION DE LA NATURE ET DE LA PNE EN FRANCE

16. L’histoire cyclique de l’écologisme en France
et en Europe (1981-2010)
Jean-Paul Bozonnet

I. Représenter la nature et sa protection:
éducation et médias

17. Environnement et télévision depuis les années 1970
Michel Dupuy
18. Les programmes scolaires: de l’éducation à l’environnement
vers l’éducation au développement durable (1970-aujourd’hui)
Marco Barroca-Paccard
19. Les mémoires paysans et la transformation de la France rurale
dans l’après-guerre
Sarah Farme

II. Quel rapport des Français
à la nature et à l’environnement?

20. Protection de la nature et environnement en France:
une dynamique inaboutie
Lionel Charles et Bernard Kalaora
921. Les influences religieuses sur le mouvement écologiste français
Mark Stoll
22. De différentes pratiques d’ornithologie citoyenne:
une comparaison France/USA
Florian Charvolin

ÉPILOGUE
Existe-t-il une approche française de la protection de la nature?
Lucien Chabason

Normalien, ancien élève de Sciences-Po et agrégé d’histoire, Charles-françois Mathis, agrégé et docteur en histoire, enseigne à l’Université Paris Sorbonne. Il a participé à divers ouvrages collectifs et a publié en 2009 In nature we trust : les paysages anglais à l’ère industrielle (Pups, prix du livre d’histoire de l’Europe).

Jean-François Mouhot est docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen. Il est chargé de recherches à l’Université de Georgetown (Washington) et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Son premier livre, Les Réfugiés Acadiens en France (1758-1785) (Septentrion, 2009) a obtenu le prix Pierre Savard 2010. Il a récemment publié Des esclaves énergétiques (Champ Vallon).