Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Franck | TINLAND

La question posée par la confrontation globale des deux ordres – ce qui relève de la «vie», ce qui relève de la «technique» –– est abordée ici à la fois dans ses dimensions épistémologiques et dans ses dimensions normatives, resituées sur l’horizon philosophique d’interrogations aussi anciennes que l’histoire de notre pensée et des oppositions à partir desquelles elle se déploie.

Textes de J.-C. Beaune, M. Benasayag, A. Demailly, G. Hottois, C. Larrère, P. Livet, F. Meyer, J.-N. Missa, D. Parrochia, J.-F. Quilici-Pascaud, J. Sallantin, M. Simondon, F. Tinland, A. Vitalis.

Voir le sommaire

Ordre biologique, ordre technologique
Le sommaire

INTRODUCTION
Franck Tinland

Première partie
APPROCHES

Le site de la technique:
éclairages théoriques et enjeux pratiques
Franck Tinland
Le concept de  » technique naturelle  »
dans la troisième Critique kantienne
François Meyer

L’ordre et la matière
Jean-Claude Beaune

Gilbert Simondon entre les interfaces techniques
et symboliques
Gilbert Hottois

L’ambigulfté de l’opération technique:
le geste technique et la vie
Michel Simondon
Deuxième partie
TRANSPOSITIONS ET SIMULATIONS

Approche méthodique d’une phylogénèse technique:
exemple des carènes en architecture navale
Jean-François Quilici-Pacaud

La double origine de la notion de programme
Jean-Pierre Séris

Les problèmes d’une biologie de l’artificiel
Pierre Livet

Le statut épistémologique de la  » vie artificielle  »
Daniel Parrochia

Le cerveau, l’ordinateur et les modèles de la conscience Jean-Noël Missa

Ce que peut apprendre une machine
Jean Sallantin

Troisième partie
PUISSANCE, RISQUES, NORMES

L’intention et la règle :
aux confins du biologique et de l’artéfactuel
André Demailly

Frege aujourd’hui:
peut-on penser la recherche scientifique ?
Miguel Benasayag

Banque de données génétiques
et libertés individuelles
André Vitalis

Ordre biologique contre ordre technologique:
le cas de l’écologie
Catherine Larrère

L’objectif de ce livre est de baliser l’espace des relations entre le complexe techno-scientifique et les conditions socio-culturelles de son émergence et de son développement. Nul ne conteste qu’un rôle essentiel est dévolu à la dynamique qui associe connaissance et puissance dans la mouvance désignée par le terme de techno-science. C’est dans l’entrelacs des liens noués entre les savoirs, les appareillages et leur environnement, tant naturel que social et culturel, que se font jour les « nouvelles donnes » auxquelles nous sommes déjà confrontés en cette fin du vingtième siècle.

Voir le sommaire

La techno-science en question:
Éléments pour une archéologie du XXe siècle
Le sommaire

INTRODUCTION

Première partie
L’EXPÉRIENCE CLASSIQUE
DU DÉVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

1
Représentation de la nature et fondation de la rationalité
scientifique et technique à partir de Descartes
2
La Renaissance comme mutation
3
La machine, un tableau et la Nature
4
La société, la science et la Nature
5
Le langage, la science et la Nature
6
Du mécanisme au machinisme
:vers la révolution industrielle
Deuxième partie

L’EXPÉRIENCE CONTEMPORAINE
DU DÉVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

1
La technique comme médiation et comme système
2
De l’autonomie des techniques aux nouvelles dimensions
de la responsabilité éthique et politique
3
Réseau et pouvoir :
l’électricité relie, aussi, les hommes…
4
Systèmes naturels et médiations artificielles
5
Imaginaire technique et pensée du social
6
L’épistémologie face à la culture scientifique et technique

Troisième

partie
POUR UNE ÉPISTÉMOLOGIE DE L’INFORMATIQUE

1
Une « analogie cristallisée »
: la naissance de l’ordinateur et le cerveau humain
2
Le sens des mots : l’apparition des termes
« informatique», « ordinateur» et « information »
3
L’informatique comme discipline existe-t-elle ?
4
La notion de «culture informatique»:
ambiguité ou pluralité ?
5
Informatique industrielle et société:
entretien avec Gérard Metzger
6
La pensée et son double :
penser informatique et pensée l’informatique

S’il est un thème permettant, sinon de faire coïncider, au moins d’alterner harmonieusement, techno-science et philosophie, sciences dites humaines et arts, c’est bien celui de la mesure sur lequel ce livre essaye de faire bonne mesure sans oublier jamais
la question initiale: Que serait un monde, un homme sans mesure? — question éminemment expérimentale mais aussi profondément philosophique.

Textes de F. Ajzenman, J.-C. Beaune, G. Chazal,
 M. Blondel-Mégrelis, A. Boyer, C. Chevrolet, F. Chirpaz,
 L. Couloubaritsis, P. Crépel, F. Dagognet, Y. Deforge, P. Dumont,
 D. Forest, P. Guenancia, A. Guillerme, M.-F. Jozeau, B. Kriegel,
 J.-L. Labussière, M. Lachièze-Rey, J.-M. Legay, P. Maire,
 M. Maurin, A. Miehe, J.-P. Mourey, X. Papaïs,
 D. Parrochia, M. Paty, E. et P. Rappard, J.-C. Thalabard, F. Tinland.

Voir le sommaire

INTRODUCTION
L’impossible mesure
Jean-Claude Beaune

Première partie
L’ACTE DE LA MESURE

Peinture:
l’arpenteur en ses écarts
Jean-Pierre Mourey
De la mesure en physique
et en cosmologie
Marc Lachièze-Rey
La commune mesure:
Descartes et la critique
du cartésianisme
Pierre Guenancia
La mesure en histoire
Blandine Kriegel
Mesure du son et plaisir musical au XVIIIe siècle:
la musique entre universel
et particulier
Claire Chevrolet
L’acte de mesure et son incertitude en psychiatrie
et en psychanalyse
Philippe et Emmanuelle Rappard

Deuxième partie
LA MESURE MESURANTE

Pourquoi nous persistons
à valoriser la mesure?
François Dagognet
Freud 1900: la mesure de l’âme
Frédéric Ajzenman
La mesure de la terre au XIXe siècle:
nouveaux instruments,
nouvelles méthodes
Marie-Françoise Jozeau
Mesure d’entropie,
mesure d’information
Daniel Parrochia
L’instrumentation dans l’édification
de la science des cristaux
Marika Blondel-Mégrelis
La résistance des matériaux:
1770-1830
André Guillerme
La théorie du mesurage ou comment mesurer
sans instruments de mesure
Michel Maurin
La mesure dans les systèmes
complexes
Jean-Marie Legay
La simulation informatique
comme mesure du possible
Gérard Chazal

Troisième partie
LA MESURE MESURÉE

Mesure, expérience
et objet théorique en physique
Michel Paty
Comment la mesure en arithmétique politique
est venue à Condorcet
Pierre Crépel
De la juste mesure
Alain Boyer
L’Un comme mesure
de toutes choses
Lambros Couloubaritsis
Sur la géométrie des aveugles
Xavier Papaïs
La musique mesurée chez Descartes
et quelques successeurs
Pascal Dumont
L’hubris selon Eschyle et Sophocle
François Chirpaz

Quatrième partie
L’HOMME DES MESURES

Sur l’expression «comme par une géométrie
naturelle»: estimation de la distance
et analogie de la mesure
Denis Forest
Biologie, mesures et médecine(s):
quelques réflexions
praticiennes
Pascal Maire et Jean-Christophe Thalabard
Puissance et impuissance de la mesure
au siècle des Lumières
Jean-Louis Labussière
La raison par alphabet:
un instrument à la mesure de la démesure
à l’époque de l’Encyclopédie
Anne Miehe
De la nature mesure à la nature mesurée
Franck Tinland

CONCLUSION

L’un et le multiple
Yves Deforge