Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Murielle | GAGNEBIN

Pour Murielle Gagnebin, le laid n’est ni l’horreur, ni la douleur ou encore l’abject. L’auteur propose une définition en analysant conjointement l’œuvre de Goya et celle de Platon, l’esthétique et la philosophie donc, puis elle confronte ses résultats à l’histoire reconstituée du concept de laideur qui, la plupart du temps, apparaît comme le simple négatif du Beau. Souhaitant vérifier son interprétation, elle interroge ensuite l’art du XXe siècle étonnamment riche en difformités et en hideurs. Enfin, elle donne un tour plus psychanalytique que philosophique à sa réflexion dans une postface: au nombre de sept les propriétés du laid surgissent, expliquant à la fois sa force de captation et sa fonction profondément régressive. Celle-ci permet à l’homme d’échapper au destin de la sublimation, pour accéder au plus trouble de l’humain.

Traçant une voie inédite, Murielle Gagnebin désigne, par la métaphore de l’enseveli vivant, le travail contre-nature du créateur. Simultanément, elle interroge la notion ambiguë de pulsion d’emprise, modulant ainsi les axes psychanalytiques traditionnels de la création. Croisant cultures, siècles et œuvres, l’auteur révèle les opérateurs psychiques engagés dans l’acte créateur, et, au terme d’une démarche pluridisciplinaire, met en scène le drame narcissique du créateur confronté à son ébranlement économique, ou encore, atteint au cœur de son identité.

Lire le sommaire

Les ensevelis vivants:
des mécanismes psychiques de la création
Le sommaire

Préliminaires

Introduction
Chapitre I
Sodomie et castration : un accès à la poïétique

Scénographies d’un fantasme
Le plaisir de la targette
Les ensevelis vivants
Les morts vivants
De l’hystérie comme crypte du langage

Chapitre II
Le mythe d’Antigone au crible de la psychanalyse

Repérage d’un déni
Cartographie d’un mythe.
Proposition iconoclaste
Avancée clinique : l’inconvenance d’un défi
Identification narcissique et perte de l’objet

Chapitre III
Du féminin à toute épreuve

Dramaturgie des mortes vivantes
Meures du dérisoire
Auto-négation féminine et césure psychique
Un étayage empoisonné
Privilège pdiétique le féminin mis en scène

Chapitre IV
Le stratagème de la sépulture des vifs

Dénégation ou délégation ?
Survivre
Rire pour survivre.
Le combat de l’amour vrai
La proclamation de la liberté
Le narcissisme outragé

Chapitre V
La sépulture des vifs : rêve, fantasme, désir

« Qu’il est doux d’être mort ! »
« Des ordures, des épluchures, une puanteur ! une horreur  »
De l’abîme à l’abyme
Quand la vie n’est qu’un songe
De l’écrivain à l’écrivant
Le feinteur feinté

Conclusion

Index des noms des auteurs cités