Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Philippe | QUÉAU

Les «mondes virtuels», les «réalités artificielles», les «cyberspaces» représentent une véritable révolution dans l’histoire des images. Les applications des images virtuelles se multiplient, les marchés professionnels et grand public s’ouvrent rapidement. La raison fondamentale de cet engouement est que les systèmes de visualisation virtuelle donnent l’illusion d’une immersion dans l’image. On peut entrer dans l’image virtuelle, s’y déplacer et interagir de diverses manières avec les êtres synthétiques rencontrés dans les mondes virtuels. Ce livre fait le point sur les récents développements de ce champ en rapide évolution et aborde les problèmes philosophiques et éthiques soulevés par les progrès prévisibles des imageries virtuelles avec leurs conséquences sur notre manière de représenter et d’interpréter le monde réel. Il traite enfin de la question des rapports des images virtuelles avec les modèles abstraits qui les génèrent.
Coédition Champ Vallon/INA

Voir le sommaire

Le virtuel:
vertus et vertiges
Le sommaire

INTRODUCTION

Première partie
LES MONDES VIRTUELS
1 : Vertus et vertiges du virtuel
2: Virtus
3: Le temps du virtuel
4: Espèces d’espaces
5: La puissance du virtuel
6: Communautés virtuelles
7: Les nœuds du virtuel
8 : Présences virtuelles

Deuxième partie
LES IDEES ET LES IMAGES

1 : Art virtuel
2: L’œuvre virtuelle
3 : Les intermédiaires du virtuel
4: L’intelligence du virtuel
5 : Images virtuelles
6: Mouvements virtuels
7: Modèles virtuels
8: Vidée du virtuel

Avec les calculateurs numériques et symboliques, les langages logico-mathématiques permettent aujourd’hui de façonner et de donner vie à de nouveaux êtres, intermédiaires. Pour la première fois dans l’histoire, le développement de l’intelligence artificielle et de l’image de synthèse, ainsi que la naissance d’idées nouvelles tirées des sciences du vivant (biologie, biochimie, embryologie) créent donc les conditions de l’apparition d’un nouvel art: l’art intermédiaire. Les artistes intermédiaires ne produisent plus des œuvres fixes et figées, mais des œuvres en constantes métamorphoses, en perpétuelles évolutions, dotées d’étranges formes de vie, quasi autonomes. Cet art parle une langue inouïe, dont l’auteur de Éloge de la simulation tente une théorie fondamentale.
Coédition Champ Vallon/INA

Habitués à trouver dans les langues naturelles un inépuisable réservoir de formes et d’images, nous en mesurons pourtant les limites, les impuissances, les faux-semblants. Comme solution partielle, l’auteur propose dans cet essai de considérer les mathématiques comme un art de la manipulation symbolique. Avec l’aide des calculateurs numériques, et bientôt symboliques, elles nous fournissent des métaphores inédites, en faisant proliférer des «êtres mathématiques» doués d’une autonomie propre; elles permettent même de simuler des «êtres» non élucidés mathématiquement; elles conquièrent le flou, l’incertain, mais aussi le «biologique», le «vivant»; elles fraient des pistes nouvelles et sensibles: parmi elles, les images de synthèse.
Coédition Champ Vallon/INA

Voir le sommaire

Éloge de la simulation:
de la vie des langages à la synthèse des images
Le sommaire

PRÉFACE
François Dagognet

INTRODUCTION
Eloge de la simulation
I
DES MÉTAPHORES
LOGIQUE DE L’ANALOGIE

1 . Trop de tropes, tristes tropes
2. Chevaux de Troie
3. Ondes
4. Labyrinthes
5. Le don du dé
6. Topologie et Tropologie
7. Le chien de chasse
8.  » Rhizome  »
9. -Déchirements
10. Géométrie de l’incommunicable
11. Glissements
12. Des métaphores aux modèles

II
DES MODÈLES
LA SIMULATION COMME SYSTÈME SYMBOLIQUE

1. Circulation / Coupure
2. Ecrire, reproduire, abstraire
3. Alphabets et supports
4. Le  » Minimax  »
5. Griffes et graphes
6.Augmentation de l’intellection
7. Machines à penser
8. La vie des symboles
9. Le cancer du signe
10. Invariablement, la variation
11. Les algorithmes et les lois
12. Le calcul philosophique
13. La simulation comme rêve
14. De la dynamique des systèmes conceptuels
15. Un Dieu modélisateur
16. Au commencement était le Verbe
17. Ethnographiquement, l’image

III
DES IMAGES DE SYNTHÈSE:
LE LISIBLE ET LE VISIBLE

1. Nombre et lumière
2. Un autre regard sur le monde
3. L’image assistée par ordinateur : une nouvelle écriture ?
4. Fonctions
5. Les images et la guerre, ou vidi vici
6. Créations de synthèse

CONCLUSION
Icône ou idole