Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pierre (dir.) | SERNA

Il n’existe pas de dictionnaire faisant la somme des connaissances sur les champs des études animalières en pleine expansion dans les domaines des savoirs des sciences humaines ou dures.  Résultat de quatre ans de séminaire à la Maison des Sciences de l’Homme, ce dictionnaire réunit quatre-vingts historiens et historiennes, historiens et historiennes de l’art, philosophes, anthropologues, juristes, vétérinaires, scientifiques qui font  le point en 120 notices sur une dimension désormais vitale de notre survie dans l’anthropocène : de quels savoirs disposons-nous sur le monde animal pour envisager un futur avec lui, avec tous les animaux pour former, dans la multitude des approches du savoir une communauté de vivants ensemble. Ce dictionnaire de façon non exhaustive mais de manière ciblée, propose une somme de savoirs à ce jour non réalisée, et permet, par un jeu de renvois dans les notices et de construction d’arborescences, de se transporter dans l’ouvrage selon un chemin intellectuel qui propose un parcours assumé, éclairé et citoyen dans la masse des savoirs présentés sur et avec les animaux.

 

Pierre Serna enseigne l’histoire moderne à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Malik Mellah est docteur en histoire. Véronique Le Ru est professeure à l’Université de Reims. Benedetta est docteur en philosophie.

Les historiens vivent, travaillent et pensent dans la cité. Un mois après le massacre de la rédaction de Charlie, des historiens se réunissent à l’École Normale de la rue d’Ulm, pour penser ensemble comment depuis le XVIe siècle le rire a été une puissante arme politique, utilisée sous diverses formes, de la dérision subtile au rire féroce, en passant par la franche moquerie de l’adversaire. Il est un marqueur d’intelligence, de culture et s’inscrit durant les périodes de violence tel un processus de civilisation, forme de continuation d’une lutte sans effusion de sang… jusqu’à ce que les censeurs et les ignorants tentent de l’interdire ou le tuent, réellement, avant qu’il ne reparaisse, toujours… Tenter d’expliquer les rapports conflictuels entre l’invention du rire et la construction de la politique depuis Machiavel et Rabelais permettrait ainsi d’éclairer les ruptures actuelles d’un monde globalisé où la question du rire politique repose tout simplement celle de la liberté d’expression et de conscience, au cœur d’une cité républicaine meurtrie et à repenser.

Textes de L. Bihl, I. Brian, H. Drévillon, A. de Baecque, A. Cabantous, L. Villiaume, I. Pantin, P. Serna, J.-M. Le Gall, P. Verschueren.

Lire le sommaire

La politique du rire:
satires, caricatures et blasphèmes. XVIe-XXIe siècles

Le sommaire

INTRODUCTION

Ou, morts … d’en rire !
Pierre Serna

PREMIERE PARTIE
Rires modernes et subversifs de Rabelais à Voltaire

Rabelais et ses papimanes:
outrance comique et signification politique
Isabelle Pantin

Rires et violences religieuses à la Renaissance
Jean-Marie Le Gall

Le rire du sergent :
rire, violence et sociabilité dans le monde militaire
sous le règne de Louis XIV
Hervé Drévillon

Le rire du prédicateur :
de Tallemant des Réaux aux Predicatoriana de Gabriel Peignot
Isabelle Brian

DEUXIEME PARTIE
Rires contemporains, révoltés et libres,
de bergson à la place tahrir au Caire

Rires contemporains, révoltés et libres :
de Bergson à la place Tahrir
Antoine de Baecque

Pince ou pique-sans-rire
Le vieux loufoque est-il comique ?
Laurent Bihl

Le rire de la vieille dame :
humours, sciences et politiques rue d’Ulm de 1945 à 1971
Pierre Verschueren

Street art et révolution en Égypte :
le rire au bout de la Révolution
Leslie Vuillaume

EPILOGUE
La fin du rire… ou le rire de fin…

Le rire et le basphème :
remarques sur un couple improbable
Alain Cabantous