Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

René-Louis de | GIRARDIN

L’époque est au désenchantement. La nature est menacée. Depuis peu, le Paysage est de nouveau à l’ordre du jour. Le XVIIIe siècle paraît, à cet égard, étrangement proche de nous. Le paysage a fait l’objet de vifs débats entre spécialistes; la sensibilité de l’époque a cherché, comme la nôtre, à y exprimer de nouveaux rapports entre les hommes et la nature. Paru en 1777, De la composition des paysages plaide à la fois pour un renouveau esthétique, en complète rupture avec l’œuvre d’un Le Nôtre, et pour une nouvelle éthique de la vie quotidienne. En accord avec ses propres principes, Louis-René de Girardin conçut lui-même les paysages décrits dans Promenade ou Itinéraire des jardins d’Ermenonville (1811).

Lire le sommaire

De la composition des paysages:
suivi de
Promenade ou itinéraire des jardins d’Ermenonville
Le sommaire
De la composition des paysages
1. Dans lequel on tâchera de fixer enfin les idées entre un Jardin, un Pays et un Paysage
2. De l’Ensemble
3. De la liaison avec le Pays
4. Du Cadre des Paysages
5. De la différence entre une vue vague et de Géographe, et la vue Pittoresque et bornée convenable aux proportions d’un Domicile ou d’une Habitation
6. Des Détails
7. De la possibilité de tirer parti de toutes sortes de Situation
8. De la Convenance de ce genre pour toutes sortes de Propriétaires
9. De l’Imitation
10. Des Plantations
11. Des Eaux
12. Du cours des Vallons, du Jeu du Terrain et des mouvements de la Lumière
13. Des Fabriques ou Constructions quelconques
14. Du choix des Paysages suivant les différentes heures du jour
15. Du pouvoir des Paysages sur nos sens et par contrecoup sur notre âme
Chapitre dernier. Des moyens de réunir l’agréable à l’utile relativement à l’arrangement général des Campagnes
suivi de Promenade ou itinéraire des jardins d’Ermenonville
Notes
Indications bibliographiques
Postface, par Michel Conan