Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Yves | DEFORGE

Qu’est-ce qui fait que, dans notre culture, tel ou tel objet est considéré comme une œuvre (artistique) et tel autre comme un produit (industriel)? S’interrogeant sur les rapports entre l’art et la technologie, Yves Deforge montre que la frontière entre œuvre et produit est incertaine, et que l’affectivité peut jouer le rôle de critère discriminant. Bien plus, grâce à l’informatique et aux systèmes interactifs, le consommateur pourra concevoir lui-même, en fonction de ses attentes et surtout d’une nouvelle culture (en gestation) et de nouveaux savoir-faire, des objets qui auront à ses yeux tous les caractères d’une oeuvre unique et originale.

Voir le sommaire

     L’oeuvre et le produit

Le sommaire

I
OÙ IL EST QUESTION D’OBJETS
D’ŒUVRES ET DE PRODUITS

II
PRATIQUES, SAVOIR-FAIRE, TECHNOLOGIES
ET SCIENCES DANS LES PROCESSUS INDUSTRIELS

III
DES SYSTÈMES EN GÉNÉRAL ET EN PARTICULIER

IV
UN FUTUR QUI N’EST PLUS CE QU’IL ÉTAIT

RÉFÉRENCES

Ayant défini le graphisme technique comme l’ensemble des médias qui servent à communiquer des renseignements techniques, le dessin industriel étant le plus connu d’entre eux, l’auteur analyse de nombreux cas d’utilisation du graphisme dans les travaux publics, l’architecture et les arts mécaniques depuis l’antiquité jusqu’à l’époque actuelle. La thèse de Yves Deforge est que le graphisme technique est un bon indicateur des relations de production qui s’établissent entre la conception et la réalisation. Aussi est-ce l’histoire des systèmes de production qu’il éclaire par ce biais. On voit comment s’est creusé le fossé entre les concepteurs possesseurs du savoir et les réalisateurs devenus exécutants. La mise en parallèle de la façon dont a été enseigné le graphisme technique confirme cette thèse. Les modalités de l’apprentissage, les contenus d’enseignement, la hiérarchie des écoles, se calquent sur les structures de production. Pour l’auteur, seul un enseignement technologique généralisé, animé par une vision prospective du devenir de la société industrielle pourrait changer l’ordre des choses.

Voir le sommaire

PRÉFACE
Abraham A. Moles

INTRODUCTION

HISTORIQUE

DES ORIGINES LOINTAINES A LA FIN DU XVIIIe SIÈCLE

IL Y A 4 000 ANS, LE GRAPHISME TECHNIQUE:
HYPOTHÈSE OU RÉALITÉ?
LA PIERRE : CATHÉDRALES ET CHATEAUX
LE BOIS: MOULINS ET VAISSEAUX
LE BRONZE : CLOCHES ET CANONS
UN EXEMPLE DE GRAPHISME: LE TRAIT
DES PROPORTIONS
LES MACHINES, ENFIN
REPRÉSENTATION DES FORMES ET CULTURE
TRANSITION : LA MACHINE A VAPEUR, SYMB0LE ET RÉALITÉS

DU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE A NOS JOURS

LA FONCTION CRÉE L’ORGANE : POINTS DE REPÈRE
UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE AU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE
UNE ENTREPRISE DE CONSTRUCTION MÉCANIQUE EN 1900
UNE ENTREPRISE DE CONSTRUCTION MÉCANIQUE EN 1970
STANDARDISATION ET NORMALISATION DES PRODUITS
LE FUTUR PRÉVISIBLE

ENSEIGNEMENT

L’ENSEIGNEMENT DU DESSIN JUSQU’AU XIX- SIÈCLE

LES SOURCES
LES OBJECTIFS DE L’ENSEIGNEMENT DU DESSIN JUSQU’EN 1795
LES SYSTÈMES DE FORMATION JUSQU’EN 1795

MONGE ET LES AVATARS
DE LA GÉOMÉTRIE DESCRIPTIVE

SITUATION DE LA GÉOMÉTRIE DESCRIPTIVE
MONGE ET LES GÉOMÈTRES DE SON ÉCOLE
A LA RECHERCHE D’UNE MÉTHODE DE REPRÉSENTATION

L’ENSEIGNEMENT DU DESSIN TECHNIQUE
DE 1800 A NOS JOURS

IMPLICATIONS SOCIALES
OBJECTIFS ET CONTENUS DES COURS DE DESSIN TECHNIQUE

CONCLUSION