Champ Vallon

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Caroline | DE MULDER

«Qu’il serait bien là, s’il n’était pas loin de moi. Et les beaux moments que nous passerions, s’ils n’étaient pas déjà passés. Max quand nous sommes ensemble, c’est comme sur le quai d’une gare, du regard ailleurs, le cap déjà pris, le camp déjà foutu, il a déjà changé de vie, oh Max ne t’en va pas».

Sur fond d’intrigue policière dans les milieux hypocrites de la politique et des ong, une lente descente aux enfers, la relation complexe d’un avocat humanitaire, escroc des grands mots, flambeur flamboyant, et d’une femme fragile, fascinée par la puissance de cet homme. La tragédie intime se superpose à celle d’un peuple massacré et réduit au silence, comme la narratrice.

« Au tango, les femmes ont les pieds nus, été comme hiver, toujours au bord de prendre un mauvais coup, et meurtris de bleu et de cru, mal guéris du coup précédent. Nous marchons dans un champ de mines. Nous aimons ce qui ne dure pas. Les bons moments qui finissent mal. Les lanières, la terre et le cuir dense des pieds d’homme qui s’incrustent à vif dans nos pieds. » CDM
Voyage nocturne dans le monde clos et moite du tango parisien, dans lequel les afficionados se jettent à corps perdu et vivent la danse comme une addiction, Ego tango est aussi un chassé croisé amoureux entre quatre personnages dont les rapports sont ceux qui s’expriment, sur un plan métaphorique, dans le tango lui-même (j’avance, tu recules).
Un fil rouge : le roman du tango devient roman policier quand Lou, une danseuse exceptionnelle, et son amant disparaissent si brutalement que l’on soupçonne un meurtre. La narratrice, qui tentait de se réapproprier dans la danse son propre corps, fascinée, enquête… Le drame surgit, car dans le tango le tragique n’est jamais loin…