Article(s) archivé(s) de la catégorie Collection les classiques

SOPHIE HASQUENOPH Histoire des ordres et congrégations religieuses

SOPHIE HASQUENOPH Histoire des ordres et congrégations religieuses

En France du Moyen Âge à nos jours

Comment dire l’extraordinaire diversité du monde des religieux, depuis les premiers temps de l’Église primitive jusqu’à l’aube du XXIe siècle? Face aux difficultés à en cerner la complexité et l’évolution, une clarification et une synthèse s’avéraient depuis longtemps scientifiquement nécessaires.
L’Histoire des ordres et congrégations religieuses de Sophie Hasquenoph a l’ambition d’offrir l’étude historique, culturelle et juridique du monde religieux qui manquait. Menée sur le long terme, elle permet de définir la nature spécifique des religieux à travers le prisme de l’événementiel et d’enrichir la chronologie par une véritable analyse historique et culturelle.
Après une approche générale du monde régulier et séculier, qui définit clairement l’identité du religieux à travers l’originalité de sa vocation, sa façon de vivre au quotidien et sa relation avec la société environnante, le lecteur suivra l’évolution des familles religieuses au Moyen Âge, aux Temps modernes et à l’époque contemporaine, dans le cadre plus large de l’histoire de l’Église de France. Les héritages, les permanences et les ruptures, à l’heure des grandes crises comme les guerres de Religion, la Révolution française, la séparation de l’Église et de l’État, donnent toute leur dimension et leur sens aux réussites, aux tâtonnements et aux fragilités, voire aux échecs, de telle ou telle expérience religieuse conduite à travers les siècles. Mais, du moine bénédictin jusqu’au «petit gris» d’après 1968, du jésuite missionnaire à la religieuse à cornettes des temps modernes, ce livre révèle la continuelle adaptation du monde des religieux et son étonnante permanence jusqu’à nos jours.

Revue de presse

La Croix — "Le dialogue fait le religieux" Claire LESEGRETAIN — 21 avril 2011

Biographie

Sophie Hasquenoph est née en 1962. Docteur en histoire moderne, agrégée, elle est maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Lille III. Elle a publié Une aventure bénédictine (Le Sarment/Fayard) et Les Dominicains de Paris au XVIIIe siècle (Ed. du Septentrion).

Histoire des ordres et congrégations religieuses – Sophie Hasquenoph 2009
Paru le 20 février 2009
13 x 20 cm, 1344 pages
ISBN 9782876734951
19.90 €

CHRISTOPHE BIDENT Maurice Blanchot : partenaire invisible — (réédition)

CHRISTOPHE BIDENT Maurice Blanchot : partenaire invisible — (réédition)

Essai

Est tenté ici le pari d’une biographie. Contre l’opinion, trop répandue, selon laquelle Blanchot lui-même interdirait ce type d’approche. Cet essai d’une biographie semble aujourd’hui nécessaire. Contre le déferlement d’interprétations stratégiques, jalouses, méprisantes, aveuglées de mauvaise foi, et aussi contre les sanctifications fanatisantes opérées par les gardiens du temple, il faut redire combien Blanchot est l’un des écrivains, des critiques, des penseurs les plus importants de ce siècle; et surtout, montrer comment il l’est devenu. De la transformation des convictions politiques à l’élargissement de la pensée, à la « légèreté prodigieuse » des récits, son parcours représente à la fois une riposte contre toute forme de prêt-à-penser et de prêt-à-écrire, et une exigence de commentaire puisant dans la nécessité de l’écoute inépuisable de l’autre, et dans la vigilance incessante de l’expression de soi.

Lire le sommaire

Maurice Blanchot: partenaire invisible
essai
Le sommaire

«De la vie comme de l’œuvre…»
I

Blanchot de Quain
GÉNÉALOGIE, NAISSANCE, ENFANCE, 1907-1918
Musique et mémoire familiale
MARGUERITE BLANCHOT À CHALON, Années 20
«Le feutre de la mort»
LA MALADIE, 1922-1923
II

La canne au pommeau d’argent
UNIVERSITÉ DE STRASBOURG, Années 20
Un éclair dans la nuit
RENCONTRE D’EMMANUEL LEVINAS, 1925-1930
«Il y a»
L’APPRENTISSAGE PHILOSOPHIQUE, 1927-1930
L’apparentement des convictions
PARIS ET LES MILIEUX D’EXTRÊME-DROITE, Années 30
«Mahatma Gandhi»
UN PREMIER TEXTE DE BLANCHOT, 1931
Le refus, I: la révolution de l’esprit
LA REVUE FRANçAISE, RÉACTION, LA REVUE DU SIÈCLE, 1931-1934
Journaliste, antihitlérien, national-révolutionnaire
LE JOURNAL DES DÉBATS, LE REMPART, AUX ÉCOUTES,
LA REVUE DU VINGTIÈME SIÈCLE, 1931-1935
La surenchère rhétorique
LANCEMENT DE COMBAT, 1936
«Le Terrorisme, méthode de salut public»
COMBAT, Juillet-décembre 1936
Le comble du patriotisme
L’INSURGÉ, 1937
Ces événements me sont arrivés en 1937…
ARRÊTS DE MORT, 1937-1938
«De la transformation des convictions»
UN JOURNALISTE D’EXTRÊME-DROITE, Années 30
«De la révolution à la littérature»
LA CRITIQUE LITTéRAIRE DES ANNÉES 30
«Les présages meurtriers des temps futurs»
L’ÉCRITURE DES RÉCITS:
«LE DERNIER MOT», «L’IDYLLE», 1935-1936
«Nuit à loisir recerclée, qui nous joue?»
THOMAS L’OBSCUR, 1932-1940 139
III

«L’Univers est dans la nuit»
RÉSISTANCE, 1940-1944
«Se servir de Vichy contre Vichy»
JEUNE FRANCE, 1941-1942
«L’admiration et l’accord»
RENCONTRE DE GEORGES BATAILLE, 1940-1943
Au nom de l’autre
CHRONIQUES LITTéRAIRES AU JOURNAL DES DEBATS, 1941-1944
«Un véritable écrivain est apparu»
PUBLICATION ET RÉCEPTION DE THOMAS L’OBSCUR, 1941-1942
«Soulève ce brouillard qui est déjà de l’aube»
PUBLICATION D’AMINADAB, 1942
«Aux écrivains qui ont trop donné à l’actualité…»
AUTOUR DE LA N.R.F., 1941-1942
«De l’angoisse au langage»
PUBLICATION DE FAUX PAS, 1943
«Le prisonnier des yeux qui le soumettent»
QUAIN, Été 1944
Le désenchantement communautaire
ACTIVITÉ ÉDITORIALE À LA LIBÉRATION, 1944-1946
L’année critique
L’ARCHE, LES TEMPS MODERNES, CRITIQUE, 1946
«Respecter le scandale»
CRITIQUE LITTÉRAIRE, 1945-1948
La tache noire
RÉDACTION DU TRÈS-HAUT, 1946-1947
La passion du silence
DENISE ROLLIN2
Le séjour méditerranéen
L’ÉCRITURE DE LA NUIT, 1947
Le point d’inflexibilité
LA FOLIE DU JOUR, UN NOUVEAU STATUT DE LA PAROLE, 1947-1949
Le tour d’écrou
DEUXIÈME VERSION DE THOMAS L’OBSCUR, 1947-1948
L’autorité de l’amitié
ACHÈVEMENT DE L’ARRÊT DE MORT, 1947-1948
Querelles de milieu
ÉDITION ET RÉCEPTION, 1948-1949

IV

Partenaire invisible
ÈZE, LE RETRAIT, 1949-1957
«La solitude essentielle»
L’ÉCRITURE DES RÉCITS, 1949-1953
Le rayonnement d’une puissance sans regard
AU MOMENT VOULU, 1949-1951
«écrivez-vous, écrivez-vous en ce moment?»
CELUI QUI NE M’ACCOMPAGNAIT PAS, 1951-1953
Le détour critique
QUELQUES ARTICLES DE CRITIQUE LITTÉRAIRE, 1950-1951
«L’auteur à rebours»
NAISSANCE DE L’ESPACE LITTÉRAIRE, 1951-1953
«Toujours déjà» (l’interruption poétique et politique de la pensée)
VERS LE LIVRE À VENIR, 1953-1958
«D’une légèreté prodigieuse»
LE DERNIER HOMME, 1953-1957
La grâce, la force et la douceur
RENCONTRE DE ROBERT ANTELME, 1958
«Sous le regard de la fascination»
RETOUR À PARIS, 1957-1958
Le refus, II: au nom de l’anonyme
LE 14 JUILLET, 1958-1959
V

«Je dis bien Droit et non pas Devoir»
DÉCLARATION SUR LE DROIT À L’INSOUMISSION
DANS LA GUERRE D’ALGÉRIE, 1960
Partenaires invisibles
LE PROJET DE LA «REVUE INTERNATIONALE», 1960-1965
Personnages de pensée
COMMENT L’AMITIÉ EST-ELLE POSSIBLE?, 1958-1971
«Fais en sorte que je puisse te parler»
L’ATTENTE L’OUBLI, 1957-1962
La pensée du Neutre
CRITIQUE LITTÉRAIRE ET PHILOSOPHIQUE
(L’ENTRETIEN ET LE FRAGMENT), 1959-1969
Premier hommage
CRITIQUE, NUMÉRO SPÉCIAL, 1966
Entre deux formes de l’inavouable
L’AFFAIRE BEAUFRET, 1967-1968
«De l’autre côté de la peur»
MAI 68

VI

La vie au-dehors
LE PAS AU-DELÀ, UN JOURNAL ÉCRIT AU NEUTRE, 1969-1973
L’amitié au désastre
ÉLOIGNEMENT ET DISPARITIONS, 1974-1978
Le dernier livre
L’ÉCRITURE DU DÉSASTRE, 1974-1980
La formation du mythe
LECTURES ET NON-LECTURES, 1969-1979
L’indisposition du secret
LISIBILITÉ ET VISIBILITÉ DE BLANCHOT, 1979-1997
«Avec cette cassure de l’histoire dans la gorge»
LA COMMUNAUTÉ INAVOUABLE, 1982-1983
«Il faut du temps pour accomplir quelques pas»
LITTÉRATURE ET TÉMOIGNAGE, 1983-1997

Bibliographie des écrits de Maurice Blanchot
Bibliographie critique
Index des noms de personnes

Maurice Blanchot (réédition) – Christophe Bident 2008
Paru le 30 octobre 2008
13 x 20 cm, 640 pages
ISBN 978.2-87673-496-8
19 €

ANDRÉ GREEN Propédeutique – réédition

ANDRÉ GREEN Propédeutique – réédition

La métapsychologie revisitée

La métapsychologie de Freud, issue d’une pensée qui, à bien des égards, continue d’être rattachée à des conceptions du siècle dernier, est critiquée de toutes parts. Mais André Green se refuse à l’abandonner, parce que les solutions de remplacement ne sont guère plus convaincantes. Cependant, la conserver nécessite aussi de la transformer à la lumière de ce qu’on sait aujourd’hui et que Freud ignorait. C’est à quoi s’attache l’auteur dans cet ensemble d’essais qui constituent les étapes préparatoires à la rédaction d’ouvrages plus généraux et éclairent par là même l’ensemble de l’œuvre d’André Green.

Propédeutique – André Green 2016
Réédité le 2 juin 2016
13 x 20 cm, 320 pages
EAN 9791026701149
19 €

JANINE CHASSEGUET-SMIRGEL Éthique et esthétique de la perversion — Réédition

JANINE CHASSEGUET-SMIRGEL Éthique et esthétique de la perversion — Réédition

Au travers des déviations de la conduite sexuelle s’exprime une dimension essentielle, une tentation permanente de l’esprit: le désir de s’évader des limites que le réel impose, et de faire advenir l’ »impossible ». Il s’agit de détrôner Dieu le Père, d’opérer une transmutation du monde. Sade, Wilde, Bellmer viennent, entre autres, illustrer le propos de l’auteur qui propose une théorie de la perversion fidèle à Freud bien qu’échappant aux schémas classiques et qui avance une hypothèse sur la nature des liens que la perversion entretient avec l’esthétique.

Éthique et esthétique de la perversion – Janine Chasseguet-Smirgel 2006
Réédition de 2006
13 x 20 cm, 320 pages
ISBN 2-87673-446-X
15 €

Michèle VIROL Vauban — réédition

Michèle VIROL Vauban — réédition

De la gloire du roi au service de l'État

« Le plus savant homme dans l’art des sièges et des fortifications, et le plus habile ménager de la vie des hommes « .
Saint-Simon dresse ainsi le portrait de Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707). Il le présente non seulement comme le maître inégalé de la guerre de siège, mais encore, loin des fastes de Versailles, comme l’un des grands témoins du siècle de Louis XlV.
Homme de plein vent, à pied, à cheval, en chaise à porteur, ou dans sa fameuse  » basterne  » transformée en cabinet de travail, Vauban ne cessa de parcourir la France en tous sens pendant plus de quarante années.
L’ingénieur perfectionne et innove dans les domaines militaires et techniques mais aussi administratifs et économiques. À partir des années 1680, le soldat longtemps fidèle à son roi se transforme en conseiller lucide : confronté au royaume  » réel « , il brosse un tableau de plus en plus critique de la monarchie ; il analyse et conteste les décisions royales sur la question huguenote (révocation de l’édit de Nantes) et la politique étrangère (des guerres ruineuses pour le royaume) ; l’homme du pré-carré pense le pays comme un territoire dont chaque élément  » aménagé  » doit améliorer le sort des plus démunis et il voit dans la réforme de la fiscalité le principal remède pour faire face aux  » années de misère  » qui stigmatisent nombre de provinces à la fin du règne de Louis XIV
Entre l’âge classique et celui des grands philosophes des Lumières, la plume prolifique de Vauban initie une science nouvelle, appelée à un grand avenir : l’économie politique.
Conçu comme une biographie intellectuelle, ce livre, écrit au plus près des archives inédites laissées par le maréchal-ingénieur, dévoile les aspects intimes d’un Vauban attachant et méconnu ; il replace l’œuvre écrite de l’auteur de la Dîme royale (1707) dans les courants de pensée qui annoncent les bouleversements à venir, au carrefour des sciences, du religieux, de la pensée administrative et d’une nouvelle conception de l’État, plus utilitaire, plus humaine aussi. Vauban qui dit  » aimer sa Patrie à la folie étant persuadé que tout bon citoyen doit l’aimer et faire tout pour elle  » fut l’un des premiers à vouloir faire passer les aspirations et les besoins de  » vingt millions de français  » avant l’intérêt du roi.

Biographie

Agrégée de l’Université et docteur de l'EHESS, Michèle Virol a consacré sa thèse aux «Oisivetés» de Vauban, dont elle prépare la première édition intégrale. Elle est maître de conférences à l'IUFM-Paris.

Vauban – Michèle Virol 2007
Paru le 17 avril 2007
13 x 20 cm, 448 pages
ISBN 978-2-87673-464-7
17 €

DENIS CROUZET Dieu en ses royaumes — Réédition

DENIS CROUZET Dieu en ses royaumes — Réédition

Une histoire des guerres de religion

Dieu en ses royaumes évoque les affrontements religieux dans la France des années 1490-1610 en racontant une histoire saturée d’angoisses et de rêves.
Au commencement, il y eut le tragique d’une grande peur de la damnation face à un Dieu toujours plus distant et menaçant. La fin des Temps approchait et chacun se devait de se préparer au face-à-face avec le Christ, dans la pénitence, la prière et une obsession de pureté exigeant l’éradication violente de tous ceux qui attisaient par leur impiété ou leur hérésie la fureur divine. En contrepoint de ce noircissement culpabilisant du monde humain, Calvin proposa au fidèle une voie alternative et libératoire qui supprimait l’angoisse du salut en portant le fidèle à vivre dans une «bonne crainte» de Dieu.
Au plus profond des guerres de Religion qui opposèrent «papistes» et «huguenots», ou plutôt au cœur même de la dynamique des fixations confessionnelles, s’installait la violence d’un conflit entre hantise eschatologique et désangoissement: deux royaumes de Dieu s’affrontaient.
Dans le cours de cette histoire saccadée, le centre de gravité dramatique se déplaça: le pouvoir monarchique tenta d’entraver la crise en fixant dans la personne royale la mission messianique d’établissement d’un ordre de paix transcendant le jeu mortifère des imaginaires. Dieu en ses royaumes raconte alors l’histoire d’un second grand conflit, opposant les rêves apocalyptiques et violents des catholiques intransigeants à l’utopie de modération d’un roi Christ luttant contre les passions de ses sujets, une modération dont les grandes figures furent Michel de l’Hospital, Catherine de Médicis, Charles IX et son frère Henri III.
C’est à la monarchie d’Henri IV qu’il revint de clore cette tragédie par le truchement d’un autre jeu de symbolisation. L’Histoire fut alors érigée, à travers la figure d’un roi providentiel guidant ses sujets vers un nouvel âge d’or, en une instance de résorption des angoisses et des peurs eschatologiques.

Dieu en ses royaumes (Denis Crouzet –2008)
Réédité le 16 avril 2015
20 x 13 cm, 544 pages
ISBN 979.1.02670.028.9
19.99 € / 24 €

DENIS CROUZET Les guerriers de Dieu — Réédition

DENIS CROUZET Les guerriers de Dieu — Réédition

La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610)
Préface de Pierre Chaunu
Avant-propos de Denis Richet

Tout commence vers 1525, quand monte en France l’angoisse du châtiment divin. Dans le ciel et sur la terre apparaissent des signes qui disent l’imminence du Jugement. Voici le temps des guerriers de Dieu: d’une violence d’abord intérieure surgit la force conquérante d’un prophétisme panique qui ordonne la mise à mort des hérétiques. S’opposant à la violence désacralisatrice des huguenots, la violence mystique des catholiques culmine en août 1572 lors du double massacre, royal et populaire, de la Saint-Barthélemy. La Ligue marquera l’ultime retour de l’angoisse prophétique, force agissante d’un long XVIe siècle, qui vise à unir le peuple au Christ de la Passion. La rupture surgit en la personne d’Henri II qui, en pacifiant le royaume, est l’artisan d’un désangoissement et d’un désenchantement du monde. La « félicité du royaume », ordonnée par le roi de raison d’une monarchie absolue et resacralisée, est à la source de notre modernité. Un livre « destiné à occuper dans l’historiographie du XVIe siècle, non seulement religieux, mais spirituel et mental, une place capitale. » (D. Richet)

Lire le sommaire

Les guerriers de Dieu
La violence au temps des troubles de religion
Le sommaire

PRÉFACE
Pierre Chaunu
AVANT-PROPOS
Denis Richet

CHRONOLOGIE

INTRODUCTION

LIVRE PREMIER
LE TEMPS DU «TRIOMPHE DE LA GUERRE»

Préliminaires
Première partie
«LES COMBATZ DU FIDELE PAPISTE…»
OU LES VIOLENCES DE DIEU

Chapitre I
Des historiens du XXe siècle
aux innocents des années 1560

1. Une histoire sans Dieu
Un point de départ: le modèle Hauser
Une histoire éclatée
2. L’indice d’une autre histoire: Dieu ou la violence, des Innocents
Du hasard à la nécessité
Une violence sacrale: acte, appel, possession, signe de Dieu
3. Premiers jalons dune problématique

Chapitre Il
Angoisse eschatologique
et genèse d’une conscience prophétique

1. L’astrologie des bergers et des laboureurs:
les faux-semblants d’un Temps dominé
2. Les pronostications pour 1524: la césure d’une première grande angoisse
De l’astrologie judiciaire en Allemagne et en France: des
problèmes différents
1524 en France: l’annonce du déluge universel
«Il estoit bruit que les astrologiens…»
3. Un monde qui s’enfonce dans le temps du malheur et de l’épouvante
Le pessimisme du premier XVIe siècle
Richard Roussat, astrologue de la fin du monde
Le temps noir des «occultes vaticinations» de Nostradamus
4. Une civilisation de l’angoisse astrologique?
L’obsession astrologique de la cour du roi
Les quelques indices d’une diffusion large
5. L’astrologie contre l’avènement de la Vérité ou la Vérité contre l’angoisse
Calvin: «se tourmenter sans nul profit»
Le prophétisme astrologique: un danger pour la restitution de la vraie église
6. Le calvinisme comme défense contre l’angoisse
Le calvinisme sous l’angle d’une fonction historique
Un premier schéma interprétatif: une crise dans la civilisation

Chapitre III
«Le terrible et merveilleulx assault donné contre la saincte cité deJerusalem»: le Temps de l’attente de Dieu

1. Des signes de Dieu dans le monde
«Amendez vous, car votre Dieu est prest à venir»
Hérésie et colère de Dieu
Une culture des prodiges de Dieu
L’ angoisse eschatologique vécue
2. Une conscience prophétique
Une diction collective de la violence de Dieu
Monluc: un prophète
3. Une civilisation de lafin des Temps
Des livres et des images sur les horribles signes du Jugement
Des prophéties paniques
4. Prophétisme et mobilisation catholique
Un personnage essentiel: Artus Desiré
Une intelligentsia de prophètes de la violence
Des prédicateurs paniques: François Le Picart et Pierre Dyvolé
5. Les années davant-guerre: Dieu d’immanence et d’imminence
Le temps de la pénitence
Obsession eschatologique et miracle
Conclusion: Calvin ou le désangoissement

Chapitre IV
Le Temps du Jugement de Dieu:
de la sacralité des violences collectives

1. Glissements vers Dieu
2. Les marques de l’accomplissement prophétique:
une violence du dévoilement
L’ abomination hérétique révélée
«Façons de faire» des ennemis de Dieu: la paillardise
Des corps qui disent leur abomination: la lubricité découverte
Le vrai corps du corps: la violence contre la volupté hérétique
Rituels de déshumanisation- l’aveu hérétique
En l’homme, la domination de l’impur
Malédiction: le corps souillé devenu souillure
Horreur du mort: une image de Satan
Violences d’animalisation: la bête démasquée
Images animales
« Les murtrissoient comme bestes»
3. Violence de Dieu et imaginaire du châtiment infernal
Condamnation de Dieu, élection de Dieu
Lapidation
Purification et jalousie de Dieu
Un théâtre de l’Enfer
Etre «monstres et diables encharnez»
L’épouvante infernale des visages huguenots
Anticipation des peine infernales
L’engloutissement par l’enfer: la fin des rituels
La sacralité de la violence: l’indice décisif de la danse macabre de Gaillac
Conclusion: en amont de l’angoisse, le problème du Temps humain?

Chapitre V
«L’extresme violence» des hommes,
une violence de la possession de Dieu

1. Les gestes de l’oubli de soi: une violence de la transe ?
Sur le seuil de la violence, le boire et le manger
nécessaires
Une dépersonnalisation des violents ?
L’impureté dévorée
Le«plaisir» des violents: le corps vaincu
La violence qui est une fête
Le rire de l’innocence qui est le rire de Dieu
2. Marches de rencontre sacrale et agressions
La procession meurtrière de Beauvais
L’expiation de Carcassonne
Les hommes et Christ ensemble dans la violence
Paris ville de l’Alliance
Aix: les marcheurs de la violence de Dieu
3. Mobilisation catholique et mystique
«La croix a esté le pont pour passer ceste mer»
Une piété du regard mystique
Le Livre enseignant de l’amour divin
L’exemple de Pierre Doré: mystique et défense de l’Eglise
4. Guerres de religion, guerres saintes
Premières expériences d’association: un lien renoué avec l’imaginaire de la croisade?
«Fraternités» et «croisades» de 1567-1568: mourir pour la croix
Quelques symptômes de la «pulsion» de croisade

Chapitre VI
Les prémices d’une autre crise ?

1. La loi face à la Loi
«Tués tout, pillés tout: nous sommes vos pères »
La violence et la prédication: le cri contre les lois iniques
Les prophètes contre les Princes
Quand le «peuple s’attribue de soy mesme la puissance du glaive»
2. De la violence institutionnalisée à la rébellion rituelle
«Le roy te salue»: le «corps du commun» justicier ?
La confrontation de deux ordres de Dieu: une violence du défi à l’ordre du roi
D’autres violences conflictuelles: de l’apparence à la réalité
«Regnum meum : il n’est en la manière du monde»
3. De la solitude des hommes à la mystique de la violence de Dieu
Un indice: Monluc et la quête solitaire du Roi des rois
Justice parfaite et violence du peuple: «C’est le peuple qui a crié, et les grands n’ont pas crié»
Avertissements et appels de Dieu
Des prédictions toujours calamiteuses et angoissées
Dieu parmi les Siens au temps des troubles de religion
Une humanité toujours plus proche de sa fin
4. La crise contenue: le mythe d’un roi qui va bientôt se révéler
L’Histoire enseignée au roi
L’attente d’un roi de violence

Seconde partie
LA «METAMORPHOSE CHRESTIENNE»
OU LES RAISONS DE LA VIOLENCE HUGUENOTE

Chapitre VII
L’Evangile, hic et nunc ? Problématique de l’iconoclasme

1. Avant la guerre, les séquences d’une première crise iconoclaste
Premières agressions
La première explosion iconoclaste
Une crise dans la crise: l’éradication de l’interdit, insurrection sociale ?
23 novembre 1561: la révolution à Fumel ?
Pourquoi le sud-ouest ? Un élément explicatif
2. L’iconoclasme de guerre: rationalité évidente et radicalité cachée
Chronologie d’un déferlement conquérant
La seconde grande crise iconoclaste, une explosion sociale rituelle?
L’iconoclasme huguenot à la lumière de l’iconoclasme européen

Chapitre VIII
Une violence du «désenchanternent» de l’homme

1. Une révolution mentale
L’enchantement des images- un système de pensée symbolique
La rationalité calviniste ou le refus de la connaissance analogique
Les images au centre du processus de désangoissement
2. De la Loi à la violence: la puissance de la Raison
Le prêche et l’agression: une immédiateté de la violence
Eradication des images et pédagogie de la Vérité
Rationalités d’un témoignage de la Gloire invincible de Dieu
Froideur et programmation de la destruction des idoles
3. Face aux papistes, le temps d’une logique optimiste de la violence
Intimidations et provocations
Les corps épargnés: un refus originel de la violence physique
De la propagande clandestine à là violence psychologique
4. Le temps d un autre désenchantement: une logique de la terreur sanglante
Rétablissement de l’ordre de justice et rationalité de la mort
des papistes
Pour la pérennité de l’espérance en le Règne de Dieu et pour la «juste querelle», la Terreur huguenote
5. La guerre aux «razés»
Le rêve originel de l’adieu au monde de la «malicieuse race du diable»
L’effort second d’anéantissement de la «peste du monde»

Chapitre IX
«Voicy le temps tant pretendu … »:
Règne de Christ et rire des hommes

1. Le rêve du Temps retrouvé
Une stratégie de la distanciation: faire de l’Histoire
«La succession des temps»
2. Le «vray homme»: mythe de l’âge d’or et chiliasme intérieur
Du «monde à l’empire» à la «Metamorphose chrestienne»
Une structure mythique chiliastique ? Saeculum aureum et
régénération
Une hypothèse sur l’univers social de la conversion
3. «La comédie du pape malade»: la mort du vieux monde
L’Eglise romaine ou le règne de la folie
Le rire: de la propagande religieuse à la violence collective
Un exemple de permutation carnavalesque: «Messe, vesse»
4. Dérision et théâtralité révolutionnaire
Satire et désacralisation: les peurs abolies par le rire
Le carnaval du départ ou de la mort de la Messe
Des violences du monde purifié

Chapitre X
Une révolution perdue ?

1. Blocages et obstacles doctrinaux
La patience voulue par Dieu
1562: la guerre de «vengeance publique»
2. Système idéologique et contrôle social
Thématique de la restauration de la police d’autrefois
Une stratégie de l’affermissement des hiérarchies sociales
Le thème du roi pur ou le pouvoir préservé
3. Actualité de la part cachée de la Réforme
Découverte et menace d’une autre «vengeance publique»
La «grande resiouissance»: l’intervention révolutionnaire de Poltrot de Méré
La tension régicide de la Réforme
La révolution rituelle: des iconoclastes qui sont aussi des régicides
Conclusion: la problématique de la religion et du Social

LIVRE SECOND
LE TEMPS DU REPLI DE LA VIOLENCE

Préliminaires
Première partie
DE LA CRISE DE VIOLENCE À LA CRISE DE LA VIOLENCE

Chapitre XI
Le premier «miracle» de la Saint-Barthélemy
«Et pour ce qu’aux seditions et factions,
Dieu a accoustumé d’estre le bouclier des Roys … »

1. La problématique de la violence de 1572: une programmation plurielle
2. L’obscure mémoire de la nuit du 24 août 1572
La fiction du complot: des résonances dans les années 1567-1570 Un chaînon manquant ?
3. Menaces sur le roi divin: le contexte idéologique de la crise
Les apparences de la guerre de résistance
Glissements progressifs vers une théorie de la Révolution
4. Violence et pouvoir: la royauté sacrale sur la défensive Les indices d’une appréhension monarchique
Contre la désacralisation, une sur-sacralisation royale

Chapitre XII
L’autre «miracle»: les violences mystiques du second massacre de la Saint-Barthélemy

1. Tensions et angoisses de 1572
Exaspération anti-huguenote et imaginaire de la violence
Une attente eschatologique continuée: les signes d’avant la violence
2. Du miracle de Dieu à l’autre Justice de Dieu
En marge de la justice du roi, la violence prophétique
Dans la ville de Dieu, un cadavre marqué par Dieu
Au commencement de la violence collective, Dieu
3. Les massacres provinciaux: de l’enthousiasme à la désillusion
Allégresse et violence
Les derniers massacres et les premiers indices d’une mélancolie violente
La rumeur de Paris
4. Les prémices d’un nouveau rapport de forces conflictuelles
Vers la grande crise: l’indice d’une tentative d’occultation Vers la grande crise: les premières critiques politiques

Chapitre XIII
Après la violence, un complexe de barbarie

1. L’autre, le barbare: répulsion etfascination
2. Présence de la barbarie: l’adversaire barbare
Catholiques et protestants: saisies d’un événement capital L’histoire barbare: tristes lendemains de la Saint-Barthélemy
3. La barbarie en soi: une stratégie de l’aveu et de la culpabilisation ?
Le vertige de Jean de Léry
«Nous qui les surpassons en toute sorte de barbarie»
4. Lesfictions de la guerre libératrice contre la barbarie
Une conscience douloureuse de l’Europe
Un processus de déstabilisation de l’imaginaire violent

Chapitre XIV
La violence intériorisée: modalités d’un reflux

1. La prééminence de la violence des mots
L’information: un enjeu de la lutte
Des combats de mots dans la ville
Des fabriques de rêves
2. Une violence qui bascule dans l’intériorité des hommes Un théâtre de la violence: l’offensive des catholiques anglais
Les cycles d’une guerre rhétorique: «responce», «replique», ou les masques qui tombent
De la capitulation du lecteur à la capitulation de la violence
3. Une arme contre la Ligue, la violence
Polémique et thérapie d’une «frenesie»
«…ce miserable royaume sera en très grand danger»
4. Magie ligueuse et exorcisme royaliste: l’arme d’un «langage oublié»
La Ligue: Circé et Médée
Sauver la France ou exorciser les Français

Chapitre XV
Une impossible violence collective ?

1. Les deux crises de la violence collective
Le trouble de conscience huguenot
Le ligueur face au Politique: un ennemi intouchable
2. Fictions et réalités de la violence à l’époque de la Ligue
La Ligue ou la violence contenue et contrôlée
Le problème de la terreur ligueuse
L’ordre royaliste, châtiment, contrôle, violence

SECONDE PARTIE
LE GRAND SOUBRESAUT DE LA VIOLENCE:
« … UN CHANGEMENT ADMIRABLE EN L’ESPRIT DE L’HOMME»

Chapitre XVI
Ira Dei super nos: le révélateur de la piété panique de 1583

1. A nouveau une histoire sans Dieu: sur les problématiques de la Ligue
2. Les processions blanches de 1583-1584: une tentative de reconstitution spatiale
«Depuis les frontires d’Allemagne…»
Un épicentre: le diocèse de Reims
Extension vers l’ouest
Les dernières marches de 1584
Un système ritualisé
Géographie et rituel des processions: une hypothèse de travail
3. Une spiritualité du Sacrifice et de la rupture avec le monde
La fausse piste de la piété pénitente
«…en vraie pureté et blancheur spirituelle»
Un avec Christ
4. Une grande pulsation d’angoisse eschatologique
La grande dorsale de l’angoisse de l’«année des processions»
Un contexte de signes de Dieu: le temps «vicieux et corrompu»
5. Vigilate et orate : l’imaginaire prophétique d’avant la Ligue
Une nouvelle grande conjonction astrale
«De mal en pis»: prodiges et signes de Dieu
Remarque sur les sorciers et sorcières

Chapitre XVII
Les imaginaires eschatologiques de la Ligue: de l’angoisse au règne de Christ

1. Miraculis annus: l’l’humanité sur le seuil de la grande tribulation
«Les mauvaises significations» des pronostications
Le vertige de l’accomplissement climatérique
Sur le militantisme panique des Seize
2. La représentation ligueuse du Temps: du «clouaque et esgoust des immondices des autres [siècles] passez» à l’enchantement d’une renaissance à Dieu
Le «glaive de vengeance» raconté aux hommes
Les prodiges au service de la Ligue: contre la faute, le zèle
Une anti-Renaissance ? La Ligue ou la recherche d’un temps perdu
3. Le Temps sacral des pénitents parisiens du premier semestre 1589
Paris-Jérusalem
Rupture, conversion, réformation
Un millénarisme ligueur
4. Une eschatologie de la guerre sainte
Une croisade spirituelle dans Paris
La Ligue située dans le contexte du rêve de croisade
La croix dans les hommes ou la croisade intérieure

Chapitre XVIII
La Ligue : une Union prophétique et mystique

1. Une diction prophétique
2. Une Ligue mystique: «…de la main particulière de Dieu»
Dieu et la fondation de la Ligue
Le zèle ligueur: la vie en Dieu pour Dieu
3. La Ligue replacée dans l’«invasion mystique»
4. «Vertu» et accomplissement spirituel de la société terrestre

Chapitre XIX
La Ligue et le régicide :
la trame d’une expérience mystique

1. Résistances
Le droit de la nature
Le droit de Dieu
Le droit du peuple
2. Mythes et silences
La mythologie royaliste de la «furie» régicide
La Ligue: des justifications rétroactives du meurtre de Blois
La destinée du roi-Antéchrist telle qu’elle fut dite avant le
régicide
3. L’aveu d’un Seize ou le régicide intériorisé
4. Jacques Clément: dans la geste collective de l’Union, l’acte mystique d un «saint»
Une représentation: la rencontre de l’Union pénitente et de Dieu
Clément: la piété de l’Union à l’origine de la désignation divine
La «force» de Dieu venue en Clément
5. Le deuil de la Ligue, un rituel d union sacrale
Le premier janvier, dans Sainte-Geneviève-des-Ardents
Le deuil dans tout Paris
Un grand rituel d’union
Piété doloriste et régicide symbolique
Identité d’affliction dans les villes de l’Union
6. Une tension de violence spirituelle
«Le perpetuel desir qui doit brasiller aux âmes des catholiques
à relever leurs cendres par une legitime vengeance»
Le deuil ou la quête de la sainteté des saints
Conclusion: le régicide comme accomplissement de l’Union mystique ou «estre ung en Dieu nostre maistre»

Chapitre XX
Face à l’angoisse collective, le roi de la Raison

1. La crise de l’institution royale: l’impossible royauté divine de Henri III
Histoire française et Histoire universelle: de la «fortune generale» du monde
Une royauté platonicienne
Le roi «unité d’unitez»
De l’exécution absolutiste de Blois
2. Montaigne: l’ébauche dune troisième voie ?
3. Du stoïcisme comme système de désangoissement: l’idéologie royaliste
«Ne se fault donc plaindre de ce qui avient en ce monde»
Une union philosophique: la sagesse stoïcienne des huguenots et des Politiques
Le retour en force de l’Humanisme: une autre définition de la vertu
4. Roi de la Raison, roi de Dieu: le destin d’Henri de Navarre
L’irrationalité ligueuse: «le grand chaos» revenu
Le roi de la régénération du monde: le thème de l’âge d’or qui vient
5. Henri de Navarre dans l’Histoire ou l’histoire d’un règne fatal
La monarchie attendue: le roi des «anciennes propheties»
La surhumanité du roi: le roi qui est le destin
Un roi pour l’Eternité ?
6. La seconde fin de la Ligue ou le roi sacrifié
Une angoisse ligueuse toujours menaçante
L’Entrée royale de 1610 ou l’ultime défi à la Ligue: un discours sur le «genus immortale» et la société du bonheur
«Une chimère, faite d’une tête léonine, d’un corps de chèvre»
L’œuvre de Dieu ou la royauté continuée

CONCLUSION GÉNÉRALE
LA FIN DES GUERRES DE RELIGION

SOURCES
BIBLIOGRAPHIE

LIBÉRATION: «Et DIeu entra dans l'histoire»

LE NOUVEL OBSERVATEUR: «Le feu de Dieu»

LE FIGARO LITTÉRAIRE: «Ces guerres civiles qui ont bâti la France»

Les guerriers de Dieu (Denis Crouzet – 1990)
Réédité le 16 novembre 2005
13 x 20 cm, 1532 pages
ISBN 2-87673-430-3
39.50 €

PASCAL BRIOIST, HERVÉ DREVILLON, PIERRE SERNA Croiser le fer (réédition)

PASCAL BRIOIST, HERVÉ DREVILLON, PIERRE SERNA Croiser le fer (réédition)

Violence et culture de l'épée dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles)

Bayard, d’Artagnan, le chevalier d’Éon ; ses figures de bretteurs racontent des histoires différentes, mais néanmoins reliées entre elles par le fil d’une lame. Le chevalier, le duelliste et l’escrimeur sont autant d’archétypes qui révèlent qu’à l’époque moderne, l’épée est une culture que ce livre entreprend d’explorer dans tous ses aspects : du geste de l’escrimeur aux valeurs qui lui sont associées. C’est en effet à partir de la Renaissance que les techniques de l’escrime deviennent un art guidé par des principes savants et moraux. L’analyse des valeurs impliquées dans cet art permet aussi de suivre l’évolution des idéaux de la noblesse qui fait de l’épée le vecteur de son identité.
Il ne faudrait, toutefois, pas oublier que l’art de vivre l’épée à la main reste, de part en part, un art de tuer. À une époque où le port d’une arme blanche est une pratique courante, l’escrime civile et civilisée ne saurait occulter les cadavres abandonnés par les innombrables duellistes. C’est pourquoi, l’histoire de l’épée est aussi une histoire de la violence et de l’inaltérable fascination qu’elle exerce. Pour le découvrir, il faut alors plonger dans les archives d’une justice souvent prompte à occulter ce crime qui trouble l’image d’un roi absolument maître de ses sujets. Une autre vision du rapport entre violence et civilisation se dessine de cette façon.
S’il est souvent admis que la violence est le contraire de la civilisation, on découvre que l’escrime et ses pratiques meurtrières alimentent une véritable civilisation de la violence, c’est-à-dire une culture, un art, un savoir mis au service de l’homicide. Oublions un instant le roman de cape et d’épée et ses duellistes aimables et bavards pour considérer la brutalité de ceux qui, dans le silence des petits matins, règlent leur compte l’arme à la main. L’époque moderne se révèle alors sous un autre jour, grâce à l’archéologie du geste de l’escrimeur, restitué dans toute sa technicité, dans toute sa férocité. C’est ainsi que l’épée peut faire l’objet d’une véritable histoire totale, attentive aux objets, aux gestes, aux pratiques sociales et aux courants intellectuels de la Renaissance aux Lumières.

Pascal Brioist est maître de conférences à l’Université de Tours.
Hervé Drévillon et Pierre Serna sont tous deux maîtres de conférences à Paris-I. Le premier a publié Lire et écrire l’avenir. L’astrologie dans la France du Grand Siècle (1610-1715) (Champ Vallon, 1996); le second, Antonelle, aristocrate révolutionnaire (1747-1817) (Éditions du Félin, 1997).

Libération — 30 mai 2002

Croiser le fer (Pascal Brioist Hervé Drevillon Pierre Serna – 2002)
Réédité le 22 mars 2008
13 x 20 cm, 528 pages
ISBN 978.2-87673-482-1
19 €

KATIA BÉGUIN Les princes de Condé (réédition)

KATIA BÉGUIN Les princes de Condé (réédition)

Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle
Avant-propos de Daniel Roche

Les princes de Condé, cousins des rois Bourbons, appartenaient à une lignée de gentilshommes malcontents, où se perpétuaient l’insubordination et le devoir de résistance au souverain. Coutumiers des prises d’armes spectaculaires, ils s’inclinèrent pourtant, après la Fronde, devant la toute-puissance du Roi-Soleil. Aussi le sort de la maison princière parut-il emblématique de celui d’une haute noblesse tombée tout entière « de révolte en servitude ». Au-delà de cette image des grands fauves domestiqués, Katia Béguin révèle les motifs de la lente conversion des Condé à l’obéissance, entre le ministériat de Richelieu et le crépuscule du règne de Louis XIV. À la lumière d’archives inédites, elle réexamine les fondements de la puissance d’une famille illustre, en un temps où l’affermissement de l’autorité du roi paraît anéantir toute forme d’influence et de prestige rivale.

 

Princes de Condé [les] (Katia Béguin – 1999)
Réédité le 21 novembre 2012
13 x 20 cm, 464 pages
ISBN 978.2-87673-639-9
19 €

ALAIN ROGER (dir.) La théorie du paysage en France – Réédition

ALAIN ROGER (dir.) La théorie du paysage en France – Réédition

(1974-1994)

Cette anthologie rassemble les contributions que les meilleurs spécialistes de langue française — écologistes, géographes, paysagistes, plasticiens, philosophes — ont apportées, depuis trente ans, à la théorie du paysage. Elle témoigne de la diversité de leurs recherches, de la richesse de leurs propositions, et constitue en quelque sorte le paysage du Paysage de France.

Textes de J.-F. Augoyard, A.Berque, G. Bertrand, S. Briffaud, R. Brunet, A. Cauquelin, L. Chabason, F. Chenet-Faugeras, G. Clément, M. Collot, M. Conan, M. Corajoud, H. Cueco, F. Dagognet, P. Donadieu, M. Foucher, A. Frémond, F. Guéry, B. Kalaora, Y. Lacoste, R. Larrère, B. Lassus, Y. Luginbühl, O. Marcel, A. Roger, P. Sansot, F.-P. Tourneux, J.-C. Wieber, F. Zonabend.

Théorie du paysage en france (La) (Alain Roger – 1995) — Réédition
Réédité le 29 mai 2009
13 x 20 cm, 464 pages
ISBN 978-2-87673-508-8
12.99 € / 18.50 €