Article(s) archivé(s) de la catégorie Mois_4

HÉLÈNE BLAIS L’empire de la nature

HÉLÈNE BLAIS L’empire de la nature

Une histoire des jardins botaniques coloniaux (Fin XVIIIe siècle – années 1930)

L’empire de la nature retrace l’histoire des jardins botaniques coloniaux entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle. En partant de ces sites spécifiques, enclaves de nature ordonnée créées dans les capitales ou à proximité des lieux de pouvoir, il analyse la manière dont est instituée une forme de domination coloniale liée à la maîtrise du monde naturel.

Lieux de diffusion des connaissances botaniques, sites de vente, espaces de sociabilité, les jardins botaniques permettent ainsi d’examiner les rapports entre savoirs, pouvoirs et constructions sociales en situation coloniale. Articulé autour des lieux et de leurs usages, mais aussi des acteurs qui y travaillent, l’ouvrage montre la dimension savante globale des jardins, leur fonction politique et leurs usages économiques.

 

Hélène Blais est professeure d’histoire contemporaine à l’École normale Supérieure (ENS-PSL), et membre de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (IHMC). Spécialiste de l’histoire des savoirs en situation coloniale, elle a publié Voyages au grand océan. Géographies du Pacifique et colonisation(CTHS, 2005), Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale (Fayard, 2014) et co-édité de nombreux ouvrages,dontUne autre histoire de l’exploration du monde(Le Seuil, 2019).

Blais L'empire
Mars 2023
14 x 22, 380 pages
ISBN 979-10-267-1148-3
29 €

ARNAUD EXBALIN La grande tuerie des chiens

ARNAUD EXBALIN La grande tuerie des chiens

Mexico en Occident. XVIIIe-XXIe siècles

Au crépuscule du siècle des Lumières, 35 000 chiens furent anéantis à la masse et au poison par les gardes nocturnes dans les rues de Mexico. Cet ouvrage est une enquête historique sur les canicides à Mexico et dans les villes occidentales. Au cours du XIXe siècle, les autorités municipales s’acharnèrent à éliminer les chiens errants moins pour des raisons sanitaires – la terrible rage – que civilisationnelles. Le chien errant, à l’image du vagabond, cristallise tous les maux urbains (liberté, saleté, dangerosité). Une ville civilisée est une cité qui parvient à réguler ses populations canines et à imposer des normes de conduite aux propriétaires. Le chien promené en laisse à qui l’on parle comme à un enfant est finalement l’avatar de décennies de canicides.
Agrégé d’histoire et ancien membre de la Casa de Velázquez, Arnaud Exbalin est maître de conférences à l’Université de Paris Nanterre et chercheur à Mondes Américains (UMR 8168). Spécialiste de la police dans les villes de l’empire espagnol, il travaille actuellement sur les usages publics du passé colonial au Mexique.
La grande tuerie
Mars 2023
14 x 22 cm, 320 pages
ISBN 979-10-267-1123-0
27 €