Article(s) archivé(s) de la catégorie __On en parle

Xavier Capodano de la Librairie Le Genre Urbain défend L’Extrême centre ou le poison de Pierre Serna

Xavier Capodano de la Librairie Le Genre Urbain défend L’Extrême centre ou le poison de Pierre Serna

 Xavier Capodano (Le Genre urbain)

60 Rue de Belleville, 75020 Paris tél. 01 44 62 27 49

Pierre Serna, historien et grand spécialiste de la Révolution Française, va nous raconter qu’entre 1789 et 1815, va se bâtir un « usage » de la politique prétendu modéré qui va vider la République de sa substance démocratique. L’écho de cette histoire nous renvoie à notre époque qui dans des circonstances diverses, se trouve l’héritière de cette « tragédie » démocratique : « l’extrême centre ».

Un livre non seulement pourvu d’une grande érudition,  mais incroyablement stimulant pour penser notre quotidien et notre avenir proche. A lire ABSOLUMENT !

 

https://www.librest.com/livres/l-extreme-centre-ou-le-poison-francais–1789-2019-pierre-serna_0-5813713_9791026706755.html?contexte=lectures




Sourdes contrées de J.-P. Goux dans Le Matricule des anges

Sourdes contrées de J.-P. Goux dans Le Matricule des anges

Dans la spirale du temps

A partir de lieux qui enferment de l’espace, des souvenirs et des émotions, Jean-Paul Goux donne à entendre ce que seule la littérature peut atteindre

 

Le Matricule




Chokolov City par J.-D. Wagneur dans Libération

Chokolov City par J.-D. Wagneur dans Libération

L’auteur a une passion jamesienne pour décrire le monde des hommes de lettres et des artistes

Libération Chokolov City




Le Dieu Kairos La Quinzaine littéraire Octobre 2018

Le Dieu Kairos La Quinzaine littéraire Octobre 2018

Une fraternité de rêves

L’auteur croise deux trajectoires de vie, et avec un tel bonheur que son lecteur est vivement mené jusqu’à un dénouement qui va le laisser aussi pantois que pensif.

Par Alain Mascarou




Chokolov City Le Matricule des Anges Octobre 2018

Chokolov City Le Matricule des Anges Octobre 2018

Parlez-vous bulgare?

Chokolov City retrace les destins contrariés d’une discrète diaspora qui rêvait d’Amérique. Un coup de maître