Article(s) archivé(s) de la catégorie Collection pays paysage

JEAN MOTTET (dir.) La forêt sonore

JEAN MOTTET (dir.) La forêt sonore

De l'esthétique à l'écologie

Pour les habitants des bois, chaque espèce d’arbre a sa voix, les rivières du monde ont chacune leur langage. Les glaciers du Grand Nord eux-mêmes retentissent de sons étonnants. La nature nous parle et nous ne l’écoutons plus. Depuis l’invention du paysage, le spectacle visuel a déterminé l’essentiel de notre rapport à l’arbre et à la forêt. Qu’avons-nous oublié ? Doué pour voir, regardeur du monde, l’homme peut-il aussi l’écouter ?

En nous invitant à l’écoute attentive des sons naturels, comme à entendre le silence, les contributions rassemblées dans La forêt sonore nous sortent puissamment du parti pris du « spectacle » pour redonner toute sa place à la part « sylvestre » de l’homme. Car l’expérience de l’écoute compte parmi les joies essentielles de l’être humain ; elle répond au désir d’aller absorber le monde de la forêt, se fondre en son bain de parfums et de sons. La forêt n’est plus alors à « regarder », ou à « représenter » : elle se branche sur du vital.

Pour entendre cette harmonie sonore naturelle, la plupart des auteurs rassemblés dans La Forêt sonore font appel aux œuvres d’art qui ont inventé la beauté de la forêt : la musique bien entendu mais également la littérature, la poésie ou encore le cinéma dont la beauté s’origine aussi dans le son.

Par ailleurs, dans une démarche où le souci écologique voisine avec le plaisir esthétique, géographes et chercheurs en biologie donnent voix à la notion d’environnement et nous disent pourquoi le paysage sonore peut devenir un précieux instrument de diagnostic de la biodiversité.

Revue de presse

Forêt Nature — N°143, juin 2017

La forêt sonore -Jean Mottet (dir.) 2017
Paru le 20 avril 2017
14 x 22 cm, 224 pages
ISBN 979-10-267-0506-2
24 €

ALAIN ROGER (dir.) La théorie du paysage en France (1974-1994)

ALAIN ROGER (dir.) La théorie du paysage en France (1974-1994)

Cette anthologie rassemble les contributions que les meilleurs spécialistes de langue française — écologistes, géographes, paysagistes, plasticiens, philosophes — ont apportées, depuis trente ans, à la théorie du paysage. Elle témoigne de la diversité de leurs recherches, de la richesse de leurs propositions, et constitue en quelque sorte le paysage du Paysage de France.

Textes de J.-F. Augoyard, A.Berque, G. Bertrand, S. Briffaud, R. Brunet, A. Cauquelin, L. Chabason, F. Chenet-Faugeras, G. Clément, M. Collot, M. Conan, M. Corajoud, H. Cueco, F. Dagognet, P. Donadieu, M. Foucher, A. Frémond, F. Guéry, B. Kalaora, Y. Lacoste, R. Larrère, B. Lassus, Y. Luginbühl, O. Marcel, A. Roger, P. Sansot, F.-P. Tourneux, J.-C. Wieber, F. Zonabend.

Réédité le 29 mai 2009, collection Les Classiques

Théorie du paysage en france (La) (Alain Roger – 1995)
Paru en 1995
14 x 22 cm, 464 pages
ISBN 2.87673.217.3
28 €

GILBERT PONS (dir.) Le paysage : sauvegarde et création

GILBERT PONS (dir.) Le paysage : sauvegarde et création

Réunies pour la première fois, ces lettres perdues dans l’ensemble de la correspondance de Stendhal sont révélatrices d’une personnalité à nulle autre pareille et constitue un tableau vivant, et combien émouvant, de la vie sentimentale de l’auteur du célèbre De l’amour.

Textes de T. Brossard, G. Clément, F. Dagognet, R. Damien, J.-M. Desbordes, M. Dewachter, A. Galan, J. Houlet, S. Jouty, S. Louradour, G. Pons, G. Tortosa.

Lire le sommaire

Le paysage:
sauvegarde et création
Le sommaire
Gilbert PONS
Introduction 7

François DAGOGNET
Ne refusons pas le changement 19

Robert DAMIEN
Paysage et citoyenneté 31

Thierry BRossARD, Daniel joly,
Sylvain strasfogel, Laurence venzac
Évaluation et suivi des paysages
par système d’information géographique (S.I G.) 45

Jacques HOULET
Les autoroutes et le paysage 63

Jean-Michel DEsBoRDEs
Aux origines d’Ussel:
le rôle du paysage dans la naissance d’une ville moyenne 87

Simon LOURADOUR
Marius Vazeilles et la mutation du paysage corrézien 93

Guy TORTOSA
Vassivière en Limousin:
paysage contemporain 103

Gilles CLÉMENT
L’esthétique du «tas de bois»
ou traité succinct de l’art involontaire 121

Alain GALAN
En feuilletant le livre des ânes 125

Sylvain JOUTY
Fictions naturelles 131

Michel DEWACHTER
Notion de paysage et écriture hiéroglyphique:
l’apport de l ‘Égypte ancienne 155

Les auteurs 172

Paysage : sauvegarde et création (Le) (Gilbert Pons ((dir.) ) – 1991)
Paru en 1991
12 x 19 cm, 256 pages
ISBN 2.87673.126.6
17 €

YOSHIO NAKAMURA, DIRK FRIELING, JOHN DIXON HUNT Trois regards sur le paysage français

YOSHIO NAKAMURA, DIRK FRIELING, JOHN DIXON HUNT Trois regards sur le paysage français

Préface de Michel Barnier

Dans le cadre des réflexions sur le paysage français, l’État français a demandé à trois personnalités étrangères de porter un «regard neuf, extérieur sur les paysages français contemporains». Ces trois experts, un ingénieur aménageur japonais, un urbaniste néerlandais
et un historien des jardins anglo-américain, ont voyagé en France pendant quinze jours selon l’itinéraire de leur choix; les trois rapports issus de ces voyages font la matière du présent volume.

Trois regards sur le paysages français (Yoshio Nakamura Dirk Frieling John Dixon Hunt –1993)
Paru le 1er novembre 1993
14 x 22 cm, 272 pages
ISBN 2.87673.180.0
18 €

JEAN MOTTET (dir.) L’herbe dans tous ses états

JEAN MOTTET (dir.) L’herbe dans tous ses états

Après un long parcours, commencé avec La Grande Touffe d’herbes de Dürer (1503), le motif de l’herbe confirme aujourd’hui sa présence dans l’art: figure interne aux écritures (La Fabrique du Pré de Ponge, L’Herbe de Claude Simon), aux peintures (Olivier Debré, Henri Cueco), «matière-émotion» pour certains cinéastes, souvent les plus grands (Malick, Pasolini, Kiarostami). À y regarder de près, l’herbe et ses intensités ne sont plus subordonnées à une représentation paysagère qui ordonne l’espace et le temps.
D’où l’hypothèse à l’origine de cet ouvrage collectif: la recherche de nouveaux fondements à notre relation avec la nature fragilise la représentation au profit de nouvelles expériences esthétiques qui se tournent désormais vers ce que René Char appelait «l’éprouvante simplicité» des motifs élémentaires: le nuage, le rocher, l’arbre, l’herbe… Mais l’herbe n’est pas seulement un motif pour l’art. Il faut la travailler, surveiller sa pousse, la faucher pour alimenter les bestiaux. Dans l’agriculture aussi, la place réservée à la prairie est l’objet de vifs et féconds débats.

Textes de Augustin Berque, Laure Chazelas, Françoise Chenet, Gilles Clément, Michel Collot, Jean Mottet, Claude Murcia, Sylvie Nail, Dominique Louise Pélegrin, Philippe Roger, Guy Tortosa, Jacques Van Waerbeke.

revue de presse

LES DECOUVREURS - par Georges Guillain, 31 janvier 21017

Herbe dans tous ses états (L') (Jean Mottet (dir.) – 2011
Paru le 10 mars 2011
14 x 22 cm, 208 pages
ISBN 978.2.87673.532.3
18.30 €

JEAN MOTTET (dir.) L’arbre dans le paysage

JEAN MOTTET (dir.) L’arbre dans le paysage

Peinture et cinéma

Dès les premières représentations du paysage en peinture, en Flandre comme à Venise, l’arbre occupe une place privilégiée: associé à quelques autres motifs (le rocher, le chemin, le nuage…), il fait le paysage. Et jusqu’à l’aube du xxe siècle, l’arbre reste à l’ordre du jour du travail des peintres. Avec l’art moderne et le regard en mouvement, l’arbre en plein épanouissement cède la place à des fragments, des traces, des reconstructions d’arbre. Qu’en est-il aujourd’hui ?
Il y a une vingtaine d’années on pouvait encore vivre avec les arbres, l’eau, le vent… Ces mots essentiels évoquent de nos jours la pureté d’un monde qui n’est plus le nôtre. Pourquoi, alors, en ces temps de détresse, avons-nous choisi de garder les yeux sur l’arbre? Comment comprendre l’insistance du meilleur cinéma (Tarkovski, Erice, Kiarostami, Godard, Denis, Recha…) pour le rencontrer? Jamais l’arbre n’a été aussi nécessaire à l’homme, mais jamais l’homme n’a exercé sur lui autant de pression de destruction. Dans quelle mesure le «paysage-catastrophe» des dernières tempêtes a-t-il contribué à modifier notre rapport imaginaire à l’arbre?
Cet ouvrage se propose de faire le point sur les changements subis par l’image de l’arbre au sein de notre culture visuelle. Car nous pensons le futur en images, et pour comprendre ce qui se joue entre l’arbre et nous, les auteurs réunis dans ce livre ont choisi d’interroger le cinéma, la peinture et la photographie. L’image de l’arbre semble indispensable face aux bouleversements de notre monde. Mais quelle sorte d’image ?

Textes de L. Bouvarel, P. Breman, S. Bruneau, D. Chateau, H. Cueco, L. Cortade, J.-P. Denis, J.-M. Desbordes, R. Dumas, M. Famili, G.-C. François, A. Ghestem, A. Kiarostami, P. Prado, P. Ragel, M. Recha, A. Roger, P. Roger, M.A. Roudil, D. Serceau, M. Sicard, G. Tiberghien, M. Villoutreix, S. Zunzunegui.

Lire le sommaire

L’arbre dans le paysage
Le sommaire
Avant-propos
Jean Mottet
Dominique Chateau
Les deux modèles de l’arbre en peinture

Robert Dumas
La peinture de l’arbre à l’épreuve de la politique allemande

Alain Roger
Des essences végétales aux essences idéales

Gilles Tiberghien
L’arbre : croissance et création dans l’art contemporain

Luc Bouvarel
La forêt: une notion de patrimoine et de perception

Peter Breman
Paysage et perception

Axel Ghestem
La végétation ligneuse
révélatrice des vestiges archéologiques

Jean-Michel Desbordes, Marcel Villoutreix
La toponymie de l’arbre en Limousin

Santos Zunzunegui
En accompagnant l’arbre

Guy-Claude François
Pourquoi construire des arbres?

Philippe Roger
La figure de l’arbre dans les films de Jean-Pierre Denis

Ludovic Cortade
Charisma : l’arbre de la non-substance
À propos du film de Kiyoshi Kurosawa

Mojdeh Famili
Le jardin du paradis dans la miniature persane
et l’arbre dans le cinéma de Kiarostami

Daniel Serceau
Jean Renoir et ses arbres

Philippe Ragel
Les rêveries d’un cinéaste solitaire
À propos de Nouvelle Vague de Jean-Luc Godard

Patrick Prado
Paysages avec et sans oiseaux

Monique Sicard
L’arbre dans l’ouragan ou: les images brisées

Abbas Kiarostami
Rencontre

Jean-Pierre Denis
À propos de l’arbre, en quelques images

Henri Cueco
Abattages

Sophie Bruneau, Marc Antoine Roudil
Comment filmer l’arbre?

Les auteurs

Arbre dans le paysage (L') (Jean Mottet (dir.) – 2002
Paru le 25 avril 2002
14 x 22 cm, 288 pages
ISBN 2.87673.348.X
22 €

JEAN MOTTET (dir.) Les paysages du cinéma

JEAN MOTTET (dir.) Les paysages du cinéma

(dir.)

Deux événements ont marqué l’histoire du paysage dans les sociétés occidentales : l’invention à la Renaissance, par la littérature et la peinture, de la notion même de paysage et la rapide transformation de l’environnement par la révolution industrielle et urbaine du XXe siècle. Le spectacle de la nature cède alors la place à la multiplication des visions médiatiques qui modifient notre rapport à l’environnement. Quelle est la place du cinéma
dans l’émergence de ces nouveaux paysages imaginaires? Les images filmiques se contentent-elles d’apporter leur contribution esthétique à la réinvention permanente d’une belle nature telle que la peinture et la littérature avaient pu la concevoir ? Ou l’habitude de voir des images induit-elle une redéfinition des usages et des représentations du paysage ?

Textes de A. Berque, M. Brock, D. Chateau, M. Chion, P.Dubois, G.-C. François, A. Gardies, G. Grant, F. de La Bretèque, Y. Lacoste, J.-P. Le Dantec, S. Liandrat-Guigues, P.Molinier, A. Mons, J. Mottet, D. Serceau, P.A.Sitney, O.-R. Veillon.

Lire le sommaire

Les paysages du cinéma
Le sommaire
Avant-propos
Jean Mottet 5

Les paysages du cinéma

Maurice Brock
L’invention du paysage:
le voyage des Rois-Mages
dans la peinture toscane de la Renaissance 11

Philippe Dubois
Le regard vertical ou les transformations du paysage 24

Michel Chion
Promenades d’écoute 45

Augustin berque
Paysage à la chinoise,
paysage à l’européenne 61

Olivier-René Veillon
Le paysage mental du cinémascope:
remarques sur Feux dans la plaine de Ichikawa Kon 70

Suzanne Liandrat-Guigues
Les minutes de sable immémorial 79

Guy-Claude François
Au cinéma, le paysage est un acteur 87

Dominique chateau
Paysage et décor: de la nature à l’effet de nature 92

Paul Adams Sitney
Le paysage au cinéma, les rythmes du monde et la caméra 107

André Gardies
Le paysage comme moment narratif 141

Yves Lacoste
Westerns et géopolitique 154

François de la BretÈque
De Feuillade à Renoir:
fonctionnalité, latinité et effets discursifs
du paysage méditerranéen 164

Daniel Serceau
Le paysage et le deuil:
le destin d’un cyprès 180

Philippe Molinier
Y a-t-il des paysages dans les films d’éric Rohmer? 194

Jean Mottet
Le paysage, les corps, la surface 209

Gary Grant
Paysages intérieurs: les cartes de la conscience
dans Paris, Texas de Sam Shepard et Wim Wenders 223

Alain Mons
Le bruit-silence ou la plongée paysagère 235

Jean-Pierre Le Dantec
Zones: les paysages oubliés 250

Les auteurs 261

 

Paysages du cinéma (Les) (Jean Mottet – 1999)
Paru le 19 octobre 1999
14 x 22 cm, 272 pages
ISBN 2.87673.279.3
21 €

LUISA LIMIDO L’art des jardins sous le Second Empire

LUISA LIMIDO L’art des jardins sous le Second Empire

Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873)

Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873), premier Jardinier en Chef du Service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris, est l’auteur de l’aménagement paysager de la capitale au moment de sa transformation par le préfet Haussmann. Transformant notamment les bois de Boulogne et de Vincennes, le parc Monceau, réalisant le parc des Buttes-Chaumont, il inaugure un nouveau type de jardin, caractérisé par les vallonnements, les formes sinueuses des allées et des pelouses, la richesse de la décoration végétale, qui exalte la modernité du Second Empire et de la bourgeoisie, nouvelle classe dominante.
Les nouveaux jardins parisiens se font le reflet de cette société, de ses désirs, ses principes et ses valeurs; et révèlent en même temps ses faiblesses et ses contradictions. Image fidèle de la bourgeoisie parisienne, le nouveau jardin est diversement accueilli dans les pays où il est exporté: en province, à Lille, Marseille, Avignon, Hyères, ainsi qu’à l’étranger, à Genève, Milan, Turin, Vienne et Le Caire.
Le jardin parisien du Second Empire caractérisera ainsi l’art des jardins du XIXe siècle, et marquera de son empreinte la plupart des réalisations paysagères du xxeme siècle.
Luisa Limido est née en Italie en 1964. Architecte, Docteur en géographie à l’Université de Paris I, elle a préparé une thèse sur les jardins publics parisiens sous le Second Empire. Elle travaille actuellement sur le rapport ville-nature et société dans la ville du XIXe et XXe siècles.

Lire le sommaire

L’art des jardins sous le Second Empire:
Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1845-1873)
Le sommaire

préface 9
Yves Luginbühl
Introduction 17
Chapitre I
Les Français et la nature sous le Second Empire 17

Les modèles des paysages 27
La «vraie» campagne 36
La nature artificielle des jardins 41
Les jardins dans la ville: «espaces verdoyants» et lieux de commerce 50
Le jardin exposition 62

Chapitre II
L’itinéraire de Jean-Pierre Barillet-Deschamps 71

Formation et vie professionnelle 71
L’organisation parisienne 91

Chapitre III
Les principales réalisations publiques parisiennes 105

Les squares: jardins du «peuple» 105
Les Buttes-Chaumont:
le savoir-faire des ingénieurs et des horticulteurs 124
Le parc Monceau: bastion de la riche bourgeoisie 136
Deux espaces naturels en compétition:
le bois de Boulogne et le bois de Vincennes 144
Le cœur de la promenade élégante 148
Le parc de l’Exposition universelle de 1867:
apogée des principes paysagers de l’époque 158

Chapitre IV
L’exportation du modèle parisien 167

L’adaptation réussie du modèle parisien: la concordance d’objectifs 167
La continuité du contexte socio-culturel 180
Le rejet du modèle parisien: les valeurs et les convenances locales 185
Des conceptions culturelles différentes 193
D’autres «usages» du modèle 204

Chapitre V
La codification des principes:
Du modèle à sa reproduction 217

Le jardin comme reflet de la ville 217
Un nouveau métier: le paysagiste 224
La méthode et le style «Barillet-Deschamps» 232
L’industrialisation de la production paysagère et ses conséquences 245

Conclusion 253
Bibliographie 261
Chronologie 273
table des illustrations 281

Art des jardins sous le Second Empire (L') (Luisa Limido – 2002)
Paru le 21 mars 2001
15,5 x 24 cm, 288 pages
ISBN 2.87673-349.8
25 €

YVON LE SCANFF Le paysage romantique et l’expérience du sublime

YVON LE SCANFF Le paysage romantique et l’expérience du sublime

Dans la première moitié du XIXe siècle, le paysage sublime est le lieu commun du paysage romantique. Dans sa redéfinition du sublime comme expérience, le romantisme va davantage développer une esthétique du paysage qu’une topique de la puissance naturelle (le volcan, la cataracte, l’orage ou la tempête) ou de la représentation de l’infini (Dieu, la mer, la montagne). Cette poétique du paysage peut s’interpréter dans le sens d’une révélation du Chaos: magnifique confusion et profusion de l’existant, mais aussi radicale négativité de l’être. C’est ainsi que le paysage sublime ouvre sur une philosophie de la nature qui en révèle la fondamentale indétermination ontologique.
La composition du paysage trouve ainsi son écho dans la construction du personnage, et notamment dans la figure du héros romantique, taraudé par une indétermination native, hanté par une liberté inconditionnelle et radicale. Pour le romantisme, le paysage naturel n’est donc pas étranger à l’investissement éthique ou à la contemplation métaphysique, c’est même au sein de cette grande nature correspondant à sa démesure que l’homme romantique va définir son projet: élan génial et enthousiaste, révolte ou renoncement ?

Né en 1968, Yvon Le Scanff enseigne la langue et la littérature françaises à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

Lire le sommaire

Le paysage romantique et l’expérience du sublime
Le sommaire
Introduction
Le sublime sombre

Du lieu d’horreur au paysage terrible
La découverte de la Grande Nature
Esthétique du sublime sombre
Les paysages du sublime sombre

Première partie
Esthétique du paysage sublime

I. Le sentiment du sublime
L’idéalisation
L’élévation
La régénération
L’exaltation

II. Le sublime de puissance : le dynamisme chaotique de la nature (50)
Le volcan
La cataracte
L’orage
La tempête

III. De l’infini sublime à l’indéfini romantique
La nature sublime : Le paysage apologétique
L’océan : l’infini
La montagne : le colossal

Deuxième partie
Poétique du sublime romantique

I. Le paysage romantique
La magnificence
La négativité

II. Métaphysique de la nature

L’apocalypse romantique
La lumière impossible : le fantastique
La lumière du possible : le nocturne
La lumière critique : l’expérience des limites du paysage

La connaissance sublime de la nature
Au-delà du principe de représentation: l’indétermination
Au-delà du principe d’individuation: l’indistinction
Au-delà du principe de non-contradiction: le paradoxe sublime

Les métamorphoses du sublime naturel
Senancour : de la sensation au sens
Michelet : de la terreur à l’extase
Hugo : un sublime panique

III. Poétique romantique du sublime

Ecriture de l’indétermination
Stylistique de l’oxymore
Rhétorique de l’ineffable
Expression et impression : l’indéterminé

Poétique de la description
La description : simplicité ou grandeur ?
La transfiguration du paysage : de l’apparence à l’apparition
La subversion de la représentation : débordement et désorientation

Poétique du personnage : le héros romantique et le paysage sublime
La nature enthousiaste du génie
Le paysage de la révolte
L’espace du renoncement

Conclusion

Bibliographie

.

Paysage romantique et l'expérience du sublime (Le) (Yvon Le Scanff – 2007)
Paru le 21 septembre 2007
14 x 22 cm, 352 pages
ISBN 978-2-87673-465-4
24 €

RENÉ-LOUIS DE GIRARDIN De la composition des paysages

RENÉ-LOUIS DE GIRARDIN	De la composition des paysages

suivi de
Promenade ou itinéraire des jardins d'Ermenonville

L’époque est au désenchantement. La nature est menacée. Depuis peu, le Paysage est de nouveau à l’ordre du jour. Le XVIIIe siècle paraît, à cet égard, étrangement proche de nous. Le paysage a fait l’objet de vifs débats entre spécialistes; la sensibilité de l’époque a cherché, comme la nôtre, à y exprimer de nouveaux rapports entre les hommes et la nature. Paru en 1777, De la composition des paysages plaide à la fois pour un renouveau esthétique, en complète rupture avec l’œuvre d’un Le Nôtre, et pour une nouvelle éthique de la vie quotidienne. En accord avec ses propres principes, Louis-René de Girardin conçut lui-même les paysages décrits dans Promenade ou Itinéraire des jardins d’Ermenonville (1811).

Lire le sommaire

De la composition des paysages:
suivi de
Promenade ou itinéraire des jardins d’Ermenonville
Le sommaire
De la composition des paysages
1. Dans lequel on tâchera de fixer enfin les idées entre un Jardin, un Pays et un Paysage
2. De l’Ensemble
3. De la liaison avec le Pays
4. Du Cadre des Paysages
5. De la différence entre une vue vague et de Géographe, et la vue Pittoresque et bornée convenable aux proportions d’un Domicile ou d’une Habitation
6. Des Détails
7. De la possibilité de tirer parti de toutes sortes de Situation
8. De la Convenance de ce genre pour toutes sortes de Propriétaires
9. De l’Imitation
10. Des Plantations
11. Des Eaux
12. Du cours des Vallons, du Jeu du Terrain et des mouvements de la Lumière
13. Des Fabriques ou Constructions quelconques
14. Du choix des Paysages suivant les différentes heures du jour
15. Du pouvoir des Paysages sur nos sens et par contrecoup sur notre âme
Chapitre dernier. Des moyens de réunir l’agréable à l’utile relativement à l’arrangement général des Campagnes
suivi de Promenade ou itinéraire des jardins d’Ermenonville
Notes
Indications bibliographiques
Postface, par Michel Conan

De la composition des paysages (René-Louis de Girardin – 1992)
Paru en 1992
14 x 22 cm, 256 pages
ISBN 2.87673-139.8
20 €