Article(s) archivé(s) de la catégorie _Nouveautés

JONATHAN BARANGER Le legs psycho-batave

JONATHAN BARANGER Le legs psycho-batave

La glorieuse odyssée apostolique des idoles psycho-bataves se poursuit dans ce deuxième volume en prise directe sur l’Éternité.

Dix ans après les événements relatés dans Don Creux est mort, Sred Sweign, assisté de son page Jean-Pierre Paul-Poire, goûte une retraite bienheureuse dans son havre de New Bedford lorsqu’il apprend de son ami, l’officier de police Boulter Lewis, la nouvelle du décès de Hildegarde, sa sœur. Mais il ignorait que celle-ci avait, depuis leur dernière confrontation dans le Désert Mojave, épousé Carnaby Fletcher, le Témoin de Jéhovah le plus riche du monde. On missionne Jean-Pierre Paul-Poire pour retrouver la trace du fils prodigue, Jean Pop II (anciennement Jeremiah), inexplicablement terré dans une bourgade de l’Indiana, et à qui un héritage substantiel est promis en échange d’un service d’une nature pour le moins étonnante…

Il est cependant un deuxième héritage auquel Sred Sweign accorde une plus grande importance, celui du Psycho-Batave, rejeté une première fois par Jean Pop II. Or peut-être un autre Psycho-Batave, distinct de celui enseigné par Randall Webb, ce père encombrant qu’il s’agit de tuer, s’est-il élaboré dans la solitude de Elwood, où s’est réfugié Jean Pop II, et peut-être Jean-Pierre Paul-Poire en sera-t-il le premier apôtre.

Les phrères psycho-bataves sont de nouveau sur le pied de guerre : rixes sanglantes ! intimidations psychologiques ! magie incantatoire ! basket-ball ! pathologies rares et travestissements multiples ! On remue ciel et terre pour le legs psycho-batave.

 

Jonathan Baranger vit à Orléans. Il a publié Don Creux est mort, en 2020, chez Champ Vallon.

Paru le 2 septembre 2021
14 x 22 cm, 384 pages
ISBN 979-10-267-0993-0
23 €

DAVID GARRIOCH Les huguenots de Paris et l’avènement de la liberté religieuse

DAVID GARRIOCH Les huguenots de Paris et l’avènement de la liberté religieuse

1685-1789

Comment les huguenots ont-ils survécu, vécu et même prospéré dans le Paris du dix-huitième siècle, alors que la majorité de la population catholique était notoirement hostile au protestantisme? Pourquoi, à la fin de l’Ancien Régime, l’opinion publique était-elle très majoritairement favorable à l’octroi de droits plus grands aux protestants? Cet ouvrage étudie l’essor de la tolérance religieuse à Paris et retrace l’histoire des huguenots parisiens après la révocation de l’édit de Nantes en 1685 – une des décisions de Louis XIV sans doute les plus lourdes de conséquences pour la France. David Garrioch trouve les racines de cette transformation des attitudes à l’endroit de la minorité huguenote à la fois dans la manière dont elle sut résister à la persécution et dans le pragmatisme avec lequel le gouvernement décida d’y réagir, surtout après la mort de Louis XIV, mais aussi dans l’environnement tout à fait particulier qu’était alors la capitale française par rapport au reste du royaume. Ce livre permet surtout de comprendre l’évolution extraordinaire de la culture catholique qui se produisit au cours du siècle, dans le cadre de la transformation culturelle et intellectuelle que nous appelons les Lumières et qui bouleversa la France et l’Europe.

David Garrioch, historien, est professeur à Monash University (Melbourne, Australie). Les Editions La Découverte ont publié son premier livre traduit en français: La Fabrique du Paris révolutionnaire.

3 juin 2011
15,5 x 24, 320 pages
ISBN 979-10-267-0988-6
26 €

JAN SYNOWIECKI Paris en ses jardins

JAN SYNOWIECKI Paris en ses jardins

Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

«Nature urbaine» dans L'Histoire de septembre 2021

Vivants jardins du XVIIIe siècle. Le Monde du 8 juillet 2021 par Antoine de Baecque

Les jardins de Paris au XVIIIe siècle. Entretien de Jan Synowiecki avec André Loez

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Couv PAris en ses jardins
6 mai 2021
14 x 22, 456 pages dont 16 en couleurs
ISBN: 979-10-267-0968-8
27 €

PIERRE KARILA-COHEN Monsieur le Préfet

PIERRE KARILA-COHEN Monsieur le Préfet

Incarner l’État dans la France du XIXe siècle

L’image de l’autorité préfectorale au XIXe siècle est celle d’une autorité martiale exercée par un haut fonctionnaire aux immenses pouvoirs. En réalité, construire une autorité considérée comme légitime par la population a nécessité un travail institutionnel et individuel permanent. Dans ce siècle de révolutions, préfets et sous-préfets se sont situés aux avant-postes de la conquête morale du territoire afin d’enraciner le régime et faire accepter l’État. Ce livre entend analyser ce travail de représentation et de séduction négligé par l’historiographie. Il restitue la construction de ce charisme de fonction à partir de terrains originaux, notamment le corps physique du préfet, vecteur d’une incarnation de l’État, ou encore le bal de la préfecture, véritable outil de gouvernement.

«Le charisme des préfets d'antan» dans L'Histoire de sept. 2021

Le Monde 20 mai 2021: Bal chez le préfet

Non Fiction: entretien avec Damien Augias

Pierre Karila-Cohen est professeur d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2. Il a publié en 2008 L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848). Il collabore régulièrement au Monde des livres.

Karila COuverture
8 avril 2021
15,5 x 24, 368 pages
ISBN: 979-10-267-0973-2
24 €

ANNE SERRE Les gouvernantes (réédition)

ANNE SERRE Les gouvernantes (réédition)

« Ce n’est pas tous les jours qu’on chasse dans cette maison. Le gibier fait trop souvent défaut. Celui-là sera saisi à bras le corps, léché, mordu, dévoré comme il faut. Et quand il aura tout donné, qu’il sera épuisé, alors elles le laisseront. Il sera comme un nourrisson, nu sur le vert sauge de la prairie, et elles, elles auront des souvenirs pour les soirs d’hiver lorsqu’il est si long, si désespérant d’attendre derrière les fenêtres l’arrivée d’un étranger ».

« Ce que Les Gouvernantes raconte, c’est la vision enfiévrée de quelqu’un qui n’est pas l’auteur, mais son narrateur. Vous assistez à des scènes que normalement vous ne devriez pas voir. C’est un conte de fées du voyeurisme ». The Paris Review

Anne Serre est l’auteur d’une quinzaine de livres. Son premier roman ici réédité, Les gouvernantes, paru en 1992, a été traduit aux Etats-Unis et en Angleterre. Elle a obtenu en 2020 le Prix Goncourt de la Nouvelle pour Au cœur d’un été tout en or (Mercure de France). Champ Vallon a publié la même année, Grande tiqueté, un texte écrit par l’auteur dans une langue inventée.

Les gouvernantes Couv 2
4 mars 2021
14 x 22, 128 pages
ISBN: 979-10-267-0983-1
14 €

CLÉMENCE REVEST Romam veni

CLÉMENCE REVEST Romam veni

Humanisme et papauté à la fin du Grand Schisme

Cet ouvrage met en pleine lumière un moment décisif mais relativement méconnu de la naissance du mouvement humaniste dans l’Italie du début du Quattrocento : ce n’est pas à Florence, mais à la cour des papes revenue à Rome que s’épanouit et s’affirme une nouvelle génération d’intellectuels, au sein d’un milieu cosmopolite, travaillant dans l’administration pontificale et au service des élites ecclésiastiques. Et c’est dans un contexte de crise profonde, le Grand Schisme d’Occident, que la papauté s’ouvre à l’idéal d’une Renaissance. Au fil d’une enquête croisant sources d’archives et œuvres littéraires, l’histoire de ce tournant est retracée, de l’afflux de jeunes lettrés en quête de fortune dans une institution divisée, aux débuts d’une révolution rhétorique et idéologique.

Agrégée, docteure en histoire médiévale et ancienne membre de l’École française de Rome, Clémence Revest est aujourd’hui chargée de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université).

COuverture Romam veni
4 mars 2021
15,5 x 24, 424 pages
ISBN: 979-10-267-0963-3
26 €

STÉPHANE BOUQUET Le fait de vivre

STÉPHANE BOUQUET Le fait de vivre

 

Marie dit la vie la vie

tu n’as que ce mot aux lèvres

c’est vrai j’avoue la vie est le seul

refuge, je ne sais plus trop à force

si « j’écris sur vous au lieu de

mourir » ou pour rejoindre un verbe au présent

« et me sentir mille choses heureuses à la fois »

ayant atteint « la bienveillance du réel »

du genre ces bras entre nous respirés

alors c’est gagné la vie la vie

 

 

MAISON DE LA POÉSIE PARIS Mardi 30 mars

 

 

DIACRITIK: Rejoindre la conversation c'est donc ce que je souhaite au poème…

Stéphane Bouquet, scénariste, danseur, critique, traducteur, a publié plusieurs livres de poésie ou autour de la poésie (les derniers en date, Les Amours suivants et Vie commune, Champ Vallon, 2013 et 2016, et La Cité de Paroles, Corti, 2018).

Couv Le fait de vivre
8 avril 2021
13 x 21, 112 pages
ISBN: 979-10-267-0958-9
14 €

STÉPHANE FRIOUX (DIR.) Une France en transition

STÉPHANE FRIOUX (DIR.) Une France en transition

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les sociétés humaines ont vécu une double transition : vers un mode de vie et un environnement sans cesse plus urbanisés, et vers une prise en compte accrue de l’impact environnemental de leurs activités.

A partir des années 1970, les deux phénomènes se sont nourris mutuellement, suscitant une multitude d’initiatives pour défendre des espaces « naturels », ou lutter contre la pollution industrielle ou automobile. Une enquête collective menée dans les agglomérations de Lyon et de Grenoble, mais aussi au niveau des politiques nationales, restitue la richesse d’innovation sociale de cette époque, les bouleversements subis par les territoires urbanisés, et apporte une profondeur historique indispensable à la réflexion sur la situation contemporaine.

Comment les Lyonnais sont devenus écologistes? Stéphane Frioux, professeur en histoire contemporaine, était l'invité de Bonjour Lyon

Stéphane Frioux Couv
4 février 2021
14 x 22, 408 pages
ISBN: 979-10-267-0913-8
27 €

MATHIEU MARRAUD Le pouvoir marchand

MATHIEU MARRAUD Le pouvoir marchand

Corps et corporatisme à Paris sous l’Ancien Régime

Comment dépeindre le corporatisme d’Ancien Régime ? Le terme de « corporation » est-il approprié ? Depuis les métiers qui, à Paris, se parent des titres de « corps » et de « marchand », apparaît le refus pour les acteurs du temps de se ranger derrière de mêmes droits, de mêmes statuts. C’est toute la nature conflictuelle de l’économie qui ressurgit. La diversité sociale et politique des métiers, dans une immense ville comme la capitale, donne en effet son dynamisme au commerce. Métiers, institutions royales et groupes sociaux y rivalisent pour le contrôle de marchandises qui ne sont jamais évaluées par leur seul profit, mais aussi par le monde social et par les vues gouvernementales où elles s’inscrivent. D’un lien fort entre le roi, la cité, le privilège, le commerce, les notables, on s’achemine alors vers une crise qui prépare, au sein de la société comme de la monarchie, la disparition du corporatisme sous Turgot en 1776.

Revue de presse

Les six corps des marchands LE MONDE 7 01 2021

Mathieu Marraud, chargé de recherche CNRS, a notamment publié La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, coll. « Univers historique », 2000 et De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel. Il est membre du Comité de rédaction de la revue Histoire & Mesure.

Mathieu Marraud Le pouvoir marchand
7 janvier 2021
15,5 x 24, 520 pages
ISBN: 979-10-267-0948-0
30 €

CAROLE REYNAUD-PALIGOT L’école aux colonies

CAROLE REYNAUD-PALIGOT L’école aux colonies

Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940)

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisés à l’entreprise coloniale, en faire des producteurs et des consommateurs mais aussi montrer la grandeur de la France et susciter son amour. La conquête morale accompagna la conquête par les armes, les écoles ouvrirent alors que la poudre du canon fumait encore. Très vite, les limites apparurent,  il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Carole Reynaud-Paligot, dans cette étude rigoureuse loin de l’histoire légendaire encore mobilisée aujourd’hui, révèle la pratique quotidienne de l’administration coloniale, les mobiles et la mise en pratique du projet éducatif mais aussi les doutes, les craintes, les obsessions, l’entêtement d’une partie des acteurs politiques à maintenir coûte que coûte un enseignement différencié et à priver les colonisés d’une culture émancipatrice.

Revue de presse

«Gare à l'émancipation» dans L'Histoire

Education coloniale LE MONDE 15 01 2021

Chemins d'histoire L'école aux colonies, XIXe-XXe s., avec C. Reynaud-Paligot, 11 avril 2021

Enseignante à l'Université de Bourgogne et chercheure associée au Centre de recherche en histoire du XIXe siècle de l’Université de Panthéon-Sorbonne, Paris 1, Carole Reynaud-Paligot a notamment publié Races, racisme et antiracisme dans les années 1930, PUF, 2007 et De l’Identité nationale. Science, race et politique. Europe-Etats-Unis. XIXe-XXe siècle, PUF, 2011.

Couv L'école aux colonies
7 janvier 2021
14 x 22, 352 pages
ISBN 979-10-267-0938-1
25 €