Article(s) archivé(s) de la catégorie _Nouveautés

JEAN-CLAUDE CARON Van Gogh en toutes lettres

JEAN-CLAUDE CARON Van Gogh en toutes lettres

Un homme dans son siècle

À lire les multiples biographies qui lui sont consacrées, Van Gogh reste l’objet de représentations que tout oppose : tantôt on en fait une victime de la société, tantôt un manipulateur ; mais aussi un individu formant avec son frère Theo un couple de spéculateurs, misant sur le succès final de sa production ; ou encore un anarchiste et un anticlérical.

Fondé sur sa correspondance, cet ouvrage se propose d’entendre la voix même de Vincent et de saisir la personnalité complexe d’un homme vivant dans une époque dont il questionne les mutations. Dans ses lettres, notamment celles à son frère Theo, il évoque sa passion pour la lecture et l’éclectisme de ses goûts littéraires, son rêve d’une communauté artistique dont il serait l’initiateur, sa relation à sa terre d’accueil, la France, mais aussi à d’exotiques terres imaginaires, sa vision mythifiée d’un passé révolu et regretté comme d’un futur à la fois espéré et redouté. Mais aussi sa foi chrétienne virant au mysticisme puis au doute, sa relation à la nature avec laquelle Dieu finit par se confondre, son besoin inassouvi d’amour et sa vaine quête d’une femme avec qui faire couple.

Ces lettres à la tonalité autobiographique et romanesque révèlent le moi profond d’un homme qui, confronté à l’absence de reconnaissance de sa production artistique, se vit comme une sorte de paria de la société qui n’a pourtant de cesse d’espérer en un avenir meilleur.

 

Jean-Claude Caron est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Clermont Auvergne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France.  Parmi ses publications chez Champ Vallon, Les Deux Vies du général Foy (1775-1825). Guerrier et législateur, 2014 et Simon Deutz, un Judas romantique, 2019.

Van Gogh
Mai 2022
14 x 22 cm, 448 pages
ISBN 979-10-267-1112-4
27 €

MARINE ROUSSILLON Don Quichotte à Versailles

MARINE ROUSSILLON Don Quichotte à Versailles

L’imaginaire médiéval du Grand Siècle

Bien avant Tolkien et les romantiques, le siècle de Louis XIV s’inventait déjà un Moyen Âge de fantaisie. À la cour, les nobles jouent aux chevaliers et combattent des géants. Dans les romans, à l’opéra, dans les contes, on croise Clovis et Charlemagne, des fées et des troubadours. Si l’on connaît bien les usages de la mythologie dans la représentation du pouvoir de Louis XIV, cet imaginaire médiéval reste quant à lui peu exploré. Temps des origines – du christianisme, de la nation et de la monarchie –, le Moyen Âge est un important lieu de pouvoir au XVIIe siècle : on y cherche les preuves de l’ancienneté d’une famille, on y légitime les prétentions d’une couronne. Le passé médiéval est aussi un objet de plaisirs : ravissements coupables de lecteurs – et surtout de lectrices – métamorphosés en nouveaux Don Quichotte, fêtes galantes, divertissements de l’opéra… En unissant plaisirs et puissance, l’imaginaire médiéval du Grand Siècle interroge les pouvoirs des récits et des spectacles au siècle de Louis XIV. Et bien au-delà, jusqu’à notre présent. 

 

Marine Roussillon est maîtresse de conférences en littérature française à l’Université d’Artois. Ses recherches actuelles portent sur l’écriture des fêtes de cour, des spectacles et des divertissements. 

A Versailles
Avril 2022
15,5 x 24 cm, 224 pages
ISBN 979-10-267-1060-8
23 €

MYRIAM BOUCHARENC L’écrivain et la publicité

MYRIAM BOUCHARENC L’écrivain et la publicité

Histoire d’une tentation

La « déesse publicité », qui triomphe à l’Exposition internationale de 1937, peut se vanter d’avoir séduit de nombreux écrivains, et non des moindres. Mais se souvient-on des slogans, plaquettes et catalogues signés Cocteau, Colette, Cendrars, Valéry et Claudel même, Louise de Vilmorin, Giono, Ponge ou encore Sollers ? De la Belle Époque aux Trente Glorieuses – et jusqu’à aujourd’hui –, de grands noms des lettres ont osé prêter leur talent et parfois leur image aux marques du commerce et de l’industrie, aux nouilles Rivoire & Carret comme aux parfums Lanvin.

Ce livre, illustré d’images d’archives et de collections, ressuscite enfin l’histoire occultée de cette publicité d’auteur, à lire et à voir : surprenante, drôle, souvent très belle. Il interroge la tentation – celle de vendre l’âme de la littérature au diable marchand –, qui a permis aux écrivains de se médiatiser, de gagner leur vie en divertissant leur plume, non sans enrichir leur œuvre où coule discrètement de l’encre de source publicitaire.

 

Myriam Boucharenc enseigne la littérature à l’Université Paris Nanterre.

Valeurs actuelles Août 22

La Revue des deux mondes Septembre 2022

Frédéric Pagès dans Le Canard enchaîné le 1er juin 2022

C'est arrivé demain, Frédéric Taddeï sur Europe 1. Juin 2022

couv Colette
Avril 2022
14 x 22 cm, 344 pages
ISBN 979-10-267-1055-4
29 €

STEVE HAGIMONT Pyrénées

STEVE HAGIMONT Pyrénées

Une histoire environnementale du tourisme

L’esthétique des paysages, la diversité de la faune et de la flore, l’ampleur des panoramas, la sévérité des cimes et des parois, le calme des lacs et la vigueur des torrents, les bienfaits des eaux, du climat et de la lumière, l’éveil sensoriel et intellectuel suscité par l’effort dans l’ascension, par la contemplation et par la vitesse dans les descentes neigeuses, l’« authenticité » des rencontres ; voilà autant de raretés désirables que des franges croissantes de la population sont venues consommer en montagne depuis le XVIIIe siècle. La montagne, offrant de communier avec la « nature », présente dès lors une somme de ressources économiques que les promoteurs du tourisme s’attachent à faire fructifier. Ils étendent ainsi la marchandisation du monde aux espaces mêmes qui permettent d’y échapper. Le tourisme, dont l’importance culturelle, économique et politique est souvent négligée, éclaire l’attitude ambivalente des sociétés contemporaines face aux autres qu’humains, entre fascination quasi religieuse et appropriation commerciale. Suivons dès lors, sur le temps long, la transformation en produits touristiques des eaux, des paysages, du vivant, de la neige et des imaginaires, dans un espace pionnier du tourisme mondial : les Pyrénées.

 

Steve Hagimont, docteur en histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine au sein de l’Université Paris Saclay.

La Cliothèque Mai 2022

Couv Pyrénées
Mars 2022
14 x 22 cm, 376 pages
ISBN 979-10-267-1050-9
26 €

CHRISTIAN GARCIN Une Odyssée pour Denver

CHRISTIAN GARCIN Une Odyssée pour Denver

Un inédit de Norwich Restinghale

 

Une Odyssée pour Denver est un récit en deux parties, attribué à Norwich Restinghale (personnage central du roman Du bruit dans les arbres, Gallimard 2002). Il s’agit d’un assemblage de souvenirs digressifs rythmant la relation d’un itinéraire jadis effectué par le narrateur dans un pays disparu, sans doute l’ex-Yougoslavie. Ces souvenirs, sans réelle chronologie ni durée narrative, tournent autour de la figure d’une sœur morte (Denver Restinghale), à quoi renvoient les lieux traversés (villes, musées, paysages), ainsi que les personnes rencontrées ou évoquées. Tel que le texte est établi, il s’agit d’un chant de deuil, d’un hommage à la jeunesse enfuie, d’une odyssée du souvenir dans laquelle le passé est l’action, et le flot ininterrompu des souvenirs la péripétie.

 

L’œuvre de Christian Garcin, depuis Vidas, recueil de fictions biographiques publié par J.-B. Pontalis chez Gallimard, est constituée d’une dizaine de romans (dont Des femmes disparaissent, 2011, Selon Vincent, 2014, ou Les oiseaux morts de l’Amérique, 2018), de recueils de nouvelles, de poèmes, d’essais sur la peinture et la littérature

Thierry Romagné dans Art Press Juin 2022

Odyssée pour Denver
Mars 2022
12 x 19 cm, 112 pages
ISBN 979-10-267-1045-5
15 €

PAULINE FERRIER-VIAUD Épouses de ministres

PAULINE FERRIER-VIAUD Épouses de ministres

Une histoire sociale du pouvoir féminin au temps de Louis XIV

Colbert, Louvois ou Pontchartrain : les noms des plus proches conseillers de Louis XIV sont bien connus, autant que leurs personnalités et leurs œuvres politiques. Cependant, leur histoire conjugale et familiale comporte de larges parts d’ombre. 

Pour combler ce vide, Pauline Ferrier-Viaud propose un portrait dynamique des femmes qui ont épousé un ministre sous le règne personnel du Roi-Soleil entre 1661 et 1715, en envisageant leur place dans leur couple, dans leur famille, dans l’entourage du roi et dans la société française du XVIIe siècle. 

Elle convoque à la fois l’histoire des femmes, du couple, du mariage, de la maternité, de l’économie domestique, de la noblesse, de la cour, de la charité et des pratiques religieuses, afin de rendre aux personnalités étudiées toute leur complexité. Grâce à une documentation variée, dispersée et largement inédite, elle dresse des portraits de femmes, d’épouses et de couples, sans jamais négliger leur contexte socio-économique. 

Avec pour cadre une histoire sociale du politique, ce livre questionne l’effet de la carrière masculine sur les couples et met au jour une histoire des possibles, déclinée au féminin.  

Pauline Ferrier-Viaud, docteure en histoire de Sorbonne Université, est maîtresse de conférences à l’Université d’Artois et membre du laboratoire Centre de Recherche et d’Études Histoire et Société (CREHS).

 

 

 

Docteure en histoire de Sorbonne Université, Pauline Ferrier-Viaud est aujourd’hui maîtresse de conférences à l’Université d’Artois.

Entretien avec Pauline Ferrier-Viaud sur Storiavoce

Les Clionautes Mai 2022

Février 2022
15,5 x 24 cm, 336 pages
ISBN 979-10-267-1035-6
25 €

AMAURY LORIN Paul Doumer

AMAURY LORIN Paul Doumer

La République audacieuse

Il y a quatre-vingt-dix ans, Paul Doumer, fils de cheminot né à Aurillac, était élu président de la République. Audace d’un régime, la IIIe République, qui consacre l’ascension méritocratique par l’école comme une possibilité de justice sociale. Audace d’un homme incarnant ce fondement par l’exemple de son parcours : placé à 14 ans comme apprenti par sa mère veuve, le jeune Auvergnat passe son bac en blouse d’ouvrier. Inclassable politiquement, Doumer participe au régime pendant près de cinquante ans (1887-1932), au carrefour de la droite et de la gauche, à la jonction de la politique, de l’industrie, de la finance, de la diplomatie. Un parcours marqué par la tragédie : cinq de ses enfants meurent entre 1914 et 1923, avant que le président lui-même ne soit assassiné le 6 mai 1932.

 

Amaury Lorin, docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris, a récemment codirigé Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles) : sociétés, cultures, politiques (PUF, coll. « Le Nœud gordien », 2013)

Télérama du 22 juin 2002

Histoire & Civilisations Mai 2022

Sud-Ouest Mai 2022

Etudes de mai 2022

L'Histoire: mai 2022

La Cliothèque

Couv Doumer
Janvier 2022
15,5 x 24 cm, 424 pages dont 8 pages d'illustrations noir et blanc
ISBN 979-10-267-1030-1
27 €

JEAN-PAUL GOUX Tableau d’hiver

JEAN-PAUL GOUX Tableau d’hiver

«De telles pensées, ces pensées vivantes de votre absence, je devais apprendre à vivre avec elles, comme j’apprenais à vivre seul avec votre maison. ». Le roman de Jean-Paul Goux s’écrit avec délicatesse autour de la mort de Claire, compagne de Thibaud le narrateur, et artiste qui dessinait  au crayon et au fusain des nuages et des arbres contemplés par la fenêtre de leur appartement parisien, mais surtout de sa maison Au milieu des bois. Une maison dans laquelle Thibaud veut peu à peu réapprendre à « habiter le temps ».  Or, cette maison offre un espace dans lequel s’est déposé et se dépose le temps, temps passé avec Claire,  temps présent dans lequel écrit Thibaud , et  temps d’un futur désirable , lorsque Thibaud redécouvrant l’atelier et la beauté de l’œuvre de Claire,  invente pour elle un projet que le temps du livre laisse ouvert.  Comment ce roman né de la douleur et de la solitude, puisque Thibaud s’adresse à ses amis et à Claire disparue, comment ce roman peut-il devenir pour le lecteur une telle ode à la beauté du monde, à sa représentation dans l’art, une telle ode au vivant ?

                                                                                                                      Annie Clément-Perrier.

Ancien maitre de conférences à l’Université de Tours, il a été pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Son dernier livre Sourdes contrées a été publié aux mêmes éditions. La plupart de ses autres livres ont paru ou ont été réédités chez Actes Sud.

Jean-Claude Lebrun dans L'Humanité

Etudes Avril 2022

Le Matricule des anges: Tableau vivant

La Croix: Les jardins secrets de Jean-Paul Goux

Télérama: La maison d'une peintre défunte arpentée par son amant esseulé

Janvier 2022
12 x 19 cm, 232 pages
ISBN 979-10-267-1025-7
19 €

LE MAGASIN DU XIXe SIÈCLE N° 11

LE MAGASIN DU XIXe SIÈCLE N° 11

L'art de la récup’

«L’art de la récup’

 

Leur XIXe siècle : Entretien avec Michelle Perrot, par Jean-Yves Mollier

 

Dossier : L’Art de la Récup’

« Faire du neuf avec du vieux » : la récupération des détritus de tous ordres  

Denis Saillard « Métamorphoses alimentaires à Paris au xixe siècle »

José-Luis Diaz « Balzac bric-à-brac »

Jean-Didier Wagneur, « Privat d’Anglemont : « dirty jobs » »

Marine Le Bail « La bibliophilie du rebut »

Jean-Yves Mollier « Le guano »

Shoshana-Rose Marzel « Un mal-aimé : le vêtement d’occasion dans le roman du xixe siècle »

Plagiat, viralité, copier-coller : l’art d’accommoder les restes culturels et littéraires 

Marie-Ange Fougère « La figure du vidangeur : recyclages urbanistiques »

Julien Schuh « Reprises d’images, circulations, réappropriations »

Jean-Claude Yon « Théâtre et récup »

Sarah Mombert « Les journaux voleurs »

Filip Kekus « De l’art de « servir la sauce sur un autre plat que le poisson » selon Nerval »

Hoquets de l’histoire

Françoise Gaillard « Le style Napoléon III comme récup’ »

Nicolas Wanlin « Le tourbillon de la matière »

Paule Petitier « L’Histoire avec un grand R – Résurrection, retours, remplois »

Entretien : Jean-Yves Mollier, Jean-Claude Yon, Christophe Amalvi

Magasin 11 Couv
Paru le 3 décembre 2021
21 x 25 cm, 308 pages
ISBN 979-10-267-0999-2
25 €

PAULINE VALADE Le goût de la joie

PAULINE VALADE Le goût de la joie

Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle, Paris célébrait chaque événement heureux pour la Couronne. La Maison du Roi, le Bureau de la Ville et le Châtelet de Paris organisaient les réjouissances. Les manifestations de joie étaient donc contrôlées par les autorités qui y voyaient les signes tangibles d’une communion avec les sentiments du souverain. Pour autant, l’expérience de la joie publique n’était pas celle d’une obéissance passive. Les Parisiens s’appropriaient les réjouissances aussi bien en participant qu’en détournant certaines normes de réjouissances. Ils fabriquaient leur propre culture de l’approbation, empreinte d’une critique à peine voilée. Dès 1770, les gestes traditionnels des réjouissances furent progressivement détournés pour faire valoir un droit de se réjouir indépendamment de la Couronne.

 

Pauline Valade est agrégée et docteure en Histoire moderne.

Libération: A Paris sous l'Ancien Régime, le roi régale

Paru le 10 novembre 2021
15,5 x 24 cm, 424 pages
ISBN 979-10-267-0978-7
26 €